Accueil   Recherche   

english


Techno

Le 5 décembre 2016 - 12:14  | Par Alain McKenna | Paru dans Homme - Hiver 2017
Outils

Quand la maison connectée s'organise…

Quand la maison connectée s'organise…

… le consommateur passe à la caisse. C’est ce que découvriront probablement les premiers acheteurs d’accessoires connectés pour la maison, maintenant que de grands fabricants proposent d’harmoniser tous ces appareils en familles de produits compatibles les uns avec les autres.

 

Apple HomeKit
Ici aussi, Apple tente sa chance, avec une application pour ses appareils mobiles (iPhone, iPad) et pour son récepteur télé Apple TV appelée, tout simplement, Home. Celle-ci centralise l’opération des appareils connectés qu’on peut posséder à la maison, à condition qu’ils soient compatibles avec le protocole HomeKit, qui anime l’application en question.

L’avantage de HomeKit est qu’il intègre l’assistant numérique Siri d’Apple. On peut donc tout contrôler vocalement, à partir d’un iPhone ou d’un iPad, via la télécommande de la plus récente version de l’Apple TV (laquelle est dotée d’un micro), ou via un Mac, puisque Siri est désormais fonctionnelle sur les Mac les plus récents. Sinon, on doit passer par un iPad ou l’Apple TV, les deux seuls appareils qui, dans le lot, peuvent agir comme «serveur central» pour l’application Home.

L’inconvénient de tout ça: évidemment, il faut s’assurer que les appareils connectés qu’on installe sont compatibles avec HomeKit: serrure de porte d’entrée, système de surveillance par caméra ou par capteurs de mouvement, moteurs de porte de garage, rideaux pour fenêtre, système d’arrosage pour le jardin, etc. Car ils ne le sont pas tous. Et ce n’est pas rétrocompatible: si votre sonnette d’entrée connectée achetée l’été dernier n’a pas été approuvée, et que vous désirez à tout prix intégrer l’écosystème connecté d’Apple, il faudra en acheter une autre.

 

IFTTT
Si vous aimez bidouiller un brin, le service IFTTT (acronyme issu de la phrase «If This Then That») est compatible avec de plus en plus d’appareils connectés pour la maison, à tel point qu’on retrouve son logo sur un nombre croissant d’emballages de tels produits. L’approche d’IFTTT est simple (et se configure à partir d’une application mobile, ou directement sur son site web, ifttt.com): on crée des «ingrédients» (ex.: une caméra de surveillance WiFi, un compte courriel, etc.) qu’on met en relation dans des «recettes» (ex.: si la caméra émet une alerte, envoie un courriel à telle adresse).

IFTTT est à l’aise avec la plupart des services web du moment, de Facebook à Twitter en passant par Slack, Instagram, et Spotify, et permet ainsi de les faire interagir entre eux, y compris avec les appareils connectés de la maison (ex.: du mouvement à la porte? allume une lumière pour simuler une présence dans la maison).

IFTTT est étonnamment polyvalent, même si ce service est indépendant. Ses concepteurs ajoutent constamment de nouvelles compatibilités, et proposent une énorme banque de recettes créées à l’interne ou partagées par d’autres utilisateurs. C’est épatant. Et c’est gratuit.

 

Wink
Wink est une petite société qui a conçu un appareil éponyme faisant office de «cerveau» pour maison connectée. Le Wink est un «pont réseau» qu’on branche à son routeur domestique, et qui permet de mettre en relation divers appareils connectés de différentes marques, à travers une interface unifiée accessible via mobile ou à partir d’un ordinateur personnel.

L’avantage de Wink est que la chaîne Home Depot l’a adopté et en a fait le cœur de sa gamme de produits pour la maison connectée. Autrement dit, il suffit de visiter la succursale la plus près de chez soi pour s’équiper d’accessoires en tout genre, et il est assuré qu’ils pourront être intégrés sans trop d’efforts à Wink. Ça nécessite de régler chaque appareil au cas par cas, initialement, mais une fois que c’est fait, tout peut être géré d’un seul et même endroit.

Là encore, tout n’est pas parfait. Il faut évidemment se procurer un Wink, en plus de tout le reste, ce qui coûte quand même des sous. Et rien ne garantit la pérennité de ce service, offert par un petit fabricant indépendant. Mais comme de plus en plus d’appareils connectés pour la maison sont compatibles, on présume qu’on en a pour quelques années au moins avant de devoir passer à autre chose.





 Article précédent  Retour


AUSSI À LIRE

Quand la maison connectée s'organise…
Des écouteurs sans fil, et sans fil
Comment faire tenir un PC sur une tablette?
Ces applications pourraient faire de vous un millionnaire*
Écouteurs Bluetooth Smart : il y a sans fil, et puis il y a… sans fil




PARTENAIRES