Accueil   Recherche   

english


Auto

Le 16 novembre 2016 - 07:57  | Par Jean Léon
Outils

24 Heures du Mans - Ford victorieux 50 ans plus tard

24 Heures du Mans - Ford victorieux 50 ans plus tard

Lorsque Ford a dévoilé sa spectaculaire GT au Salon de l’auto de Détroit en 2014, les gens ont été estomaqués. En effet, cette ultra sportive proposait une silhouette aussi élégante qu’inspirante. Il était évident que les stylistes avaient réussi un coup de maître en modernisant encore plus la dernière génération du modèle GT apparu en 2005. 

Déjà, c’était impressionnant, mais cette annonce a été rendue encore plus extraordinaire alors qu’on a annoncé l’intention du constructeur de Dearborn de construire des versions de course de ce modèle afin d’aller disputer la victoire aux 24 Heures du Mans en 2016 afin de célébrer le 50e anniversaire de la victoire des légendaires GT 40 au circuit de la Sarthe.

Pour la petite histoire, on se souvient que Henry Ford II avait lancé sa compagnie dans une lutte à finir avec Ferrari pour se venger du rejet d’Enzo Ferrari de vendre sa compagnie à Ford. Et après un duel épique, l’écurie de Maranello s’est inclinée devant celle de Dearborn alors que les GT 40 se sont accaparés des trois premières places au classement général. Faisant de la GT 40 une voiture de légende.

Vouloir rééditer un exploit est un pari risqué puisque si on ne réussit pas à atteindre ces objectifs, la défaite est plus cuisante. Conscient de la situation, Ford a investi dans un ambitieux programme de courses d’endurance avec la construction d’au moins trois bolides qui ont été confiés au très expérimenté Chip Ganassi. Pourtant, malgré l’expérience de cette écurie, les premiers résultats en course ont été assez difficiles avec plusieurs bris mécaniques, notamment des bris de transmission.

Pari gagné
Tel que mentionné, le projet de Ford de remporter à nouveau les 24 heures du Mans avait pour but de rééditer la victoire de ce constructeur survenue 50 ans plus tôt. Mais cette fois, on ne visait pas nécessairement la même cible. En effet, il y a un demi-siècle, les GT 40 ont remporté la victoire au classement général. Cette fois, le championnat visé est celui de la classe GT Pro qui comprend entre autres les Aston Martin, Chevrolet Corvette ainsi que les Ferrari. La victoire au classement général a été remportée par Porsche dans la classe LMP1 en devançant Toyota et Audi. Pour le non-initié, les voitures de cette catégorie semblent sorties d’un roman de science-fiction et font appel à une technologie de propulsion hybride des plus sophistiquée.

Si en 1966, la bataille s’est effectuée entre les Ford et les Ferrari, on a retrouvé la même lutte en juin dernier. En effet, la Ferrari No. 82 et la Ford GT No.68 ont bataillé ferme pendant des heures. Toutefois, à la 20e heure de cette épreuve, la Ford a pris les devants pour finalement l’emporter. La Ferrari a terminé au second rang. Cette voiture a été conduite par le trio constitué du français Sébastien Bourdais de l’américain Joey Hand et de l’allemand Dirk Muller. Il faut souligner que ce trio a été rejoint sur le podium par l’équipage de la voiture numéro 69 qui a terminé en troisième place. Il s’agit de l’Australien Ryan Briscoe, du Néo-Zélandais Scott Dixon et du Britannique Richard Wesbrook. Ford avait engagé deux autres voitures dans cette course et elles ont respectivement terminé en quatrième et en neuvième place.

La première a été victime d’ennuis électriques en début de course tandis que celles affichant le numéro 67 ont connu des ennuis de boîtes de vitesses au départ et après, ils ont dû tenter de rattraper leurs adversaires.

Une victoire canadienne
Il est vrai que les quatre voitures inscrites au Mans étaient pilotées par une brochette de conducteurs provenant de différents pays tandis que l’écurie était gérée par l’organisation de Chip Ganassi, une écurie américaine qui est souvent victorieuse dans les épreuves d’endurance Rolex en Amérique du Nord, la Coupe Sprint en NASCAR sans oublier les épreuves de la série Indy qui lui ont permis de remporter le championnat à plusieurs reprises. Mais il est important de souligner que ces voitures GT, qu’il s’agisse des modèles pour la route ou la course, ont été conçues et fabriquées par Multimatic, une entreprise canadienne située à Markham en Ontario. Multimatic va se charger de la fabrication des voitures de route tandis que sa filiale Multimatic Motorsport également installée au Canada a fabriqué les voitures de course.

Curieusement, cette victoire des Ford GT au Mans cette année a été beaucoup moins popularisée que celle survenue 50 ans plus tôt. Est-ce le fait qu’on ne s’attaquait pas au classement général ou encore que les épreuves d’endurance n’aient pas la même renommée qu’il y a 50 ans?

Pourtant, force est d’admettre que le pari relevé par Ford était audacieux, car une déconfiture sur le sol français n’aurait certainement pas contribué à rehausser son image. Heureusement, les choses se sont bien déroulées et il faut rendre hommage à ce constructeur qui n’a pas peur de se mouiller et d’affronter des écuries bénéficiant d’une plus longue expérience en course d’endurance. En effet, les premiers tours de roue de la version course de la GT se sont déroulés au circuit de Calabogie au nord d’Ottawa seulement 395 jours avant la victoire en sol français.

Comme les GT 40 l’ont également emporté en 1967 et 1968, reste à savoir si Ford sera de retour en France l’an prochain.





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Peter Schreyer
Infiniti dévoile un moteur à compression variable
Un salon entre deux chaises
Formule 1 - Renault peut-il succéder à Mercedes?
Chevrolet Equinox - La modernité au rendez-vous




PARTENAIRES