Accueil   Recherche   

english


Style de vie

Le 15 novembre 2016 - 15:29  | Par Patrice Plante | Paru dans Homme d'automne 2016
Outils

La Havane dans un verre

La Havane dans un verre

Voyager dans un tout-inclus à Cuba pour moins de 10$, ça vous tente? Suffit de vous concocter un bon Mojito maison!

Je triche un peu: bien sûr, il n’y a pas de plage, pas de vieux char des années 50 et pas de cigare avec mon Mojito. Mais, promesse de Pat, ça fait sortir le soleil, sans danger pour la peau! C’est que ce cocktail emblématique de la capitale cubaine représente l’équilibre parfait entre l’alcool, le sucre et l’acidité, ce qui en fait un bon chum de terrasse.

Si le Mojito pouvait parler et nous raconter d’où il vient, ça mettrait les choses au clair. Une rumeur veut que le capitaine anglais Sir Francis Drake, venu piller La Havane à la fin du 16e siècle, ait eu à affronter une épidémie de scorbut à bord de sa flotte. La lime, riche en vitamine C, aurait été mélangée à de l’aguardiente (l’ancêtre peu raffiné du rhum blanc), du sucre et de la menthe pour créer un cocktail médicinal. Ce cocktail aurait été nommé El Draque, en l’honneur du Corsaire.

Une autre rumeur expliquerait son nom, mojito étant peut-être un dérivé de mojo, «petit sortilège» et le surnom donné à la boisson consommée par les esclaves africains pour se désaltérer dans les champs de canne à sucre. La lime, la canne à sucre et la menthe auraient alors été ajoutées à l’aguardiente pour masquer son goût âpre.

Enfin, la légende urbaine la plus persistante est probablement celle de l’écrivain Ernest Hemingway qui, connu pour son amour de la bouteille, s’enfilait des Mojitos toujours au même bar de La Havane, la Bodeguita Del Medio. La note qui l’affirme, signée de la main de «Papa», aurait été contrefaite! Comme quoi il ne faut pas croire tout ce qui est écrit sur une napkin de bar…

Ce que j’aime dans le Mojito, en plus de son histoire nébuleuse, c’est sa polyvalence. Une fois qu’on maîtrise la recette de base, on peut se mettre à improviser autour. L’important, c’est de bien faire attention à ne pas broyer la menthe ou les fines herbes. Il faut les applaudir! En frottant délicatement les feuilles, on extrait l’huile essentielle sans amertume.

Après, on peut faire à peu près tout ce qu’on veut sur la base d’un Mojito. On peut, par exemple, jouer sur les agrumes, en remplaçant le jus de lime par du jus de pamplemousse et en décorant avec des suprêmes de pamplemousse. Extra rafraîchissant! J’aime aussi transposer le principe du Mojito sur un thème russe: vodka, citron et basilic. Ou alors à la mexicaine, avec tequila et aloès. Ou encore à la québécoise, avec calvados et sirop d’érable. Tannés de mettre du soda? Remplacez-le par le piquant de la bière de gingembre comme la marque The Great Jamaican, ça met du punch!

Si y’a un bar à Paris qui s’appelle Mojito Lab, c’est probablement parce que le cocktail se prête facilement à l’improvisation. Avec ou sans alcool, cette exportation cubaine deviendra vite la vedette de vos soirées. De quoi vous transformer en James Bond dans Die Another Day, alors qu’il propose à une Halle Berry sortant de l’eau en bikini: «Mojito? You should try it!»

Retrouvez d’autres variations originales du Mojito sur notre blogue: monsieur-cocktail.com

MOJITO À LA TÉQUILA ET ALOÈS
Ingrédients
- 1 oz (30 ml) de téquila
- 0,5 oz (15 ml) de Cointreau
- 0,75 oz (22 ml) de jus de lime
- 0,5 oz (15 ml) de sirop d’agave (ou sirop simple)
- 1 oz (30 ml) de jus d’aloès
- Tonic
- Bouquet de menthe (pour décorer)
- Coriandre (pour décorer)

Méthode
- Taper la menthe et la coriandre au creux de la main et l’ajouter au verre avec le reste des ingrédients, sauf le tonic.
- Remplir de glace et mélanger à la cuillère de bar (10 révolutions).
- Compléter avec le tonic.
- Décorer d’un bouquet de menthe et de coriandre.





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Champignons sautés au beurre à l'ail et aux herbes fraîches
Le sous-majordome
Joe Rocca
Laurence Castera
Peter Peter




PARTENAIRES