Accueil   Recherche   

english


Techno

Le 15 novembre 2016 - 14:43  | Par Alain McKenna | Paru dans Homme d'automne 2016
Outils

Ces applications pourraient faire de vous un millionnaire*

Ces applications pourraient faire de vous un millionnaire*

*ou pas. Mais la tendance est lourde dans le secteur financier pour offrir au grand public des outils automatisés de gestion de portefeuille, des conseils financiers robotisés, et quoi encore, promettant un rendement au moins comparable à celui d’un courtier traditionnel, à prix moindre. Voici quelques exemples.

WealthSimple
On les appelle technologies financières ou pour être plus dans l’air du temps, «fintech». Dans la plupart des cas, il s’agit d’applications web, mobiles ou autres, qu’on télécharge et qu’on configure, puis tout se fait tout seul. Comme il est question de finances personnelles, un secteur où les lois ne sont pas les mêmes d’un pays à l’autre, il ne faut pas seulement se fier à une recherche sur Google, il faut dénicher celles qui sont adaptées au marché canadien. WealthSimple en est une

WealthSimple est, en un mot, un «robo-­courtier», c’est-à-dire que ses concepteurs ont développé des algorithmes qui analysent et comparent plusieurs fonds négociés en Bourse (les fameux FNB), puis répartissent votre argent selon un taux de tolérance au risque que vous établissez au préalable. Il faut aussi accepter un coup de fil d’un gestionnaire en chair et en os, car la loi l’oblige, avant de se lancer dans l’aventure.

Là où WealthSimple est intéressante: l’application n’impose aucuns frais sous les 5000 dollars en placement. Au-delà de cette somme, ce sont des frais mensuels, minimaux, si on présume que l’argent ainsi placé va fructifier plus rapidement qu’à un rythme de 0,2 pour cent par mois. À même l’écran d’accueil de l’appli, on peut voir comment est répartie la somme placée, et quel est son rendement. On peut y créer un compte REÉR, un CELI, ou un compte non enregistré. 

L’entreprise, située à Toronto, affirme que son rendement moyen est supérieur, à long terme, à celui des principaux indices boursiers. Ce n’est pas apparent au premier coup d’œil, alors il faut être patient. Comme elle cible les jeunes adultes, ceux qui n’ont pas nécessairement les moyens de placer de grosses sommes, mais qui ont tout le temps du monde pour les voir fructifier, c’est une approche qui n’est pas dénuée d’intérêt…

Mogo
Personne, ou presque, n’aime aller à la banque. C’est encore pire chez les jeunes du millénaire, ces jeunes adultes qui, dit-on, veulent tout faire à partir de leur téléphone intelligent. C’est la logique derrière Mogo, une application bancaire complète, ciblant justement les fameux millenials, en offrant tous les services d’une grande banque à même l’écran d’un mobile.

L’application propose des fonctions de base assez simples, permettant notamment de découvrir votre cote de crédit en quelques minutes à peine, ou d’obtenir une carte de crédit Visa aux couleurs de Mogo, sans frais mensuels. À condition d’en rembourser le solde, évidemment…

On peut aussi utiliser l’application Mogo pour obtenir un prêt pouvant atteindre 35000 dollars, sur-le-champ, ce qui en dépannera plus d’un. Les taux d’intérêt de Mogo ne sont pas particulièrement alléchants, mais ils sont définitivement moins élevés que ceux d’une carte de crédit ou une marge bancaire qu’on peine à rembourser… Et bien entendu, Mogo aidera les moins organisés d’entre nous à gérer les paiements, les dépenses, et les remboursements afin d’optimiser un budget, aussi serré soit-il.

Mylo
Mylo est une application qui a été en développement pendant plusieurs mois sous le nom de bankMe. Conçue à Montréal, elle promet de transformer vos dépenses courantes en revenus potentiels que vous pourrez ensuite utiliser pour acheter encore plus de choses.

La logique est simple, et bien expliquée sur le site de l’application: supposons que vous êtes un inconditionnel de cafés lattés, et que vous rêvez de vous acheter le plus récent modèle d’iPhone. Chaque fois que vous achèterez un de ces coûteux cafés, Mylo arrondira vers le haut la somme payée, la faisant passer, par exemple, de 4,20$ à 5$ tout rond, et utilisera la différence (soit 80 cents) afin d’investir dans des fonds boursiers. L’application estime ensuite le temps qu’il vous faudra pour accumuler la somme nécessaire à l’achat du téléphone de vos rêves, ce qui vous permet de mieux gérer vos dépenses.

Et, si la Bourse vous est profitable, vous aurez généré un petit revenu qui réduira d’autant le prix d’achat du fameux iPhone, d’un voyage dans le sud, ou de quoi encore…





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Quand la maison connectée s'organise…
Des écouteurs sans fil, et sans fil
Comment faire tenir un PC sur une tablette?
Ces applications pourraient faire de vous un millionnaire*
Écouteurs Bluetooth Smart : il y a sans fil, et puis il y a… sans fil




PARTENAIRES