Accueil   Recherche   

english


Publié dans Mieux-Être

Le 8 septembre 2016 - 15:41  | Natacha Imbeault | Paru dans Mieux-Être Édition Août 2016
Outils

L'exotisme de l'intangible

L'exotisme de l'intangible

L’exotisme de l’intangible. Hum… Commençons par définir ce que ces mots veulent dire.

Exotisme : Caractère de ce qui est exotique.

Exotique : Qui appartient à ce qui est étranger, lointain. Dont les caractéristiques diffèrent notablement des caractéristiques habituelles. Qui est dépaysant, étrange.

Intangible : Qu’on ne peut toucher, qui échappe au sens du toucher, impalpable. Mais aussi, qui est sacré, inviolable, que l’on ne peut altérer ou modifier.

J’aimerais vous entretenir sur l’intangible, le subtil qui nous compose et qui nous entoure. Ce domaine, moins connu de plusieurs, exerce sur certaines personnes une force d’attraction, une curiosité à assouvir. Alors que pour d’autres, il est une source d’anxiété, voire de peur. Il y a aussi ceux pour qui l’intangible n’existe pas, car non « matériel ».

Je fais partie de ceux pour qui l’intangible est un monde à explorer et à découvrir. Il n’en a pas toujours été ainsi. J’ai vécu des résistances, du scepticisme, du doute. C’est normal, car la vigilance et le discernement doivent être présents dans notre vie si on ne veut pas « se faire avoir ». Mais, et il y a un mais, il ne faut pas que ce soi-disant discernement nous fasse passer à côté de la vie. Il ne faut pas qu’il devienne une excuse ou un prétexte derrière lequel se cacheraient entre autres nos peurs. Ce que j’ai expérimenté au cours de mes explorations m’a amené à ne plus douter, à savoir que le monde subtil n’est pas une simple invention de mon esprit.

Ce qui m’amène au deuxième groupe, ceux pour qui l’intangible, l’inconnu font peur. Pourquoi avons-nous cette peur? Qu’avons-nous à perdre? Qu’avons-nous à gagner? Admettre la possibilité qu’il y a quelque chose d’autre que la matière peut être confrontant. Cela peut nous amener à redéfinir complètement notre conception de la vie. Ce n’est pas rien. C’est pourquoi cela en inquiète certains, et que les plus rigides et les moins ouverts d’entre nous ne veulent tout simplement pas en entendre parler.

Si vous êtes de ceux pour qui rien n’existe en dehors de la matière et que vous êtes choqué que je parle de rigidité et de manque d’ouverture, sachez que mon but n’est pas de choquer. Si on regarde l’histoire de l’humanité, il y a des milliers de choses qui sont aujourd’hui la norme et qui sont acceptées, alors qu’il n’y a pas si longtemps, elles étaient considérées comme folie pure et simple.

Serait-il possible que des réalités plus intangibles existent réellement? Que nous n’ayons pas encore développé les outils technologiques pour les mesurer et les percevoir? Que nous ne savons pas utiliser les organes de perception que nous avons en nous et qui sont faits pour percevoir cette réalité, tout comme un muscle inutilisé s’atrophie? Je pourrais continuer longtemps ainsi, mais je crois que vous comprenez que l’on ne peut affirmer que quelque chose existe ou non, simplement parce que nous n’avons pas voulu reconnaître qu’il y a des outils et que l’on peut les utiliser.

Car effectivement, les outils pour percevoir l’intangible existent en chacun de nous. C’est chose connue dans plusieurs traditions du monde. Cet aspect intangible dont je vous parle ici est appelé Chi chez les Chinois, Lumière ou Esprit-Saint chez les chrétiens, Prana chez les hindous, Ka chez les Égyptiens, Wakan chez les Sioux, Baraka chez les soufis, etc.

Ne pas reconnaître cette source et ne pas apprendre à entrer en contact avec elle, voire même œuvrer avec celle-ci, c’est selon moi, se couper d’une importante partie de la vie et d’une facette encore plus vaste que la matérialité dont est composé notre corps.

Entrer en contact avec cette source de vie plus subtile donne au début une sensation de vertige, une impression de perdre pied, c’est normal. Car lorsqu’on entre consciemment en contact avec cette source de vie, c’est avec l’univers entier, avec toute forme de vie, avec l’immensité que nous entrons en contact, que nous nous relions. Il faut accepter de franchir cette étape d’insécurité pour découvrir ce qui se cache au-delà.

Comme toute expérience, la découverte de ce vaste monde peut se faire par soi-même, sans guide. Mais la plupart des gens préféreront suivre une voie en partie déjà établie au travers d’approches connues comme le Qi gong, reiki, pranayama, yoga, méditations, etc.

Ces diverses approches utilisent des chemins différents pour se rendre à un point commun : le mieux-être, la paix intérieure, la maitrise du corps et de l’esprit (non pas dans le sens de domination, mais plutôt de bien comprendre et savoir utiliser adéquatement).

Pour ma part, j’ai exploré plusieurs de ces approches. Aucune d’elles n’est LA voie. Chacune est une voie qui correspond à différents êtres selon leurs natures et leurs étapes de vie. Chacune reflète un angle différent d’une même réalité. Cette diversité répond aux différents besoins des êtres qui peuplent cette terre.

Se laisser toucher par l’aspect subtil de la vie apporte un état intérieur de grâce. Nous savons profondément que nous ne sommes pas seuls. Nous faisons partie d’une vision manifestée formidable.

Nous nous sentons entiers. Nous n’avons plus besoin de chercher à l’extérieur ce qui en fait était en nous. Plus nous apprenons à être en lien constant avec cette source de vie, plus nous sommes plénitude.

Nous pouvons communiquer plus facilement entre nous et avec les différents êtres de cet univers qui est le nôtre. Une communication de l’âme et du cœur s’installe, pour notre plus grand bien.

La seule mise en garde que je pourrais vous faire est celle-ci : si vous êtes ici sur cette terre dans un corps physique, c’est que vous avez quelque chose à faire ici, à offrir. Vous n’êtes pas un être désincarné ou un ange, alors ces différentes approches, ce travail avec le monde subtil ne doivent pas être une fuite du poids de la matérialité. Elle doit devenir une source où vous abreuver qui vous aidera quotidiennement à vivre une vie meilleure. J’ai vu trop de gens fuir leur vie. Ne faites pas ce long détour, ce n’est pas un passage obligé. Mais ultimement, la décision finale vous reviendra toujours.

L’intangible est ce qu’on ne peut toucher, qui échappe au sens du toucher, impalpable. Mais aussi, qui est sacré, inviolable, que l’on ne peut altérer ou modifier tout comme la source de toute vie qui nous habite et nous entoure à chaque instant. Cette source de vie, à l’origine de toutes manifestations et évolutions, est immuable bien qu’elle s’exprime par d’éternels changements.

Vous laisserez-vous tenter par l’exploration de ce monde subtil, lointain, mais au fond si proche, pour venir vous abreuver à sa source de vie?

On ne peut changer LE monde, mais chacun à notre façon, un pas à la fois, nous faisons partie d’une solution qui dépasse chacun d’entre nous. L’important est d’offrir le meilleur de nous-mêmes à chaque instant.

Si vous voulez commencer doucement à recréer consciemment ce lien avec la source de vie, je vous invite à faire les exercices d’observation vivante proposés dans mon article « Voir autrement… développer l’autre regard » publié dans le journal Terre de Vie* Vol. 6, No. 1, Hiver 2007, édité par L’Herbothèque. Vous y trouverez une belle façon de se reconnecter avec la nature et ces trésors.

 

 

Natacha Imbeault est maître herboriste et Hta (Herboriste thérapeute accréditée), auteure, conférencière, thérapeute multidisciplinaire et directrice de L’Herbothèque, un institut qui offre des formations en santé naturelle, en personne et par correspondance, partout dans la francophonie. www.herbotheque.com ou 819 326-4516. 

 Inscrivez-vous à notre section membre gratuite, à la page internet suivante : www.herbotheque.com/devenir_membre.html





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Pour un été étonnant
Ralentir le rythme et observer la nature
Vivre la plénitude
Authentique Krystine St-Laurent
Marie-Ève Janvier - Grandeur nature




PARTENAIRES