Accueil   Recherche   

english


Auto

Le 24 mai 2016 - 16:45
Outils

Chevrolet Volt: améliorée et plus homogène

Chevrolet Volt: améliorée et plus homogène

La première génération de la Volt est apparue sur notre marché en 2011 avec une forte dose de scepticisme. En effet, nombreux étaient les observateurs qui doutaient que ce projet se réalise. Et même une fois celui-ci concrétisé, plusieurs se demandaient si GM avait produit un véhicule innovateur et fiable. En fait, que ce n’était pas de la poudre aux yeux.

Mais aussitôt que les premiers exemplaires eurent été diffusés dans le grand public, la réaction a été instantanée : « Il s’agit d’une excellente voiture qui propose des solutions techniques innovatrices et qui permet de réduire la consommation de carburant de façon spectaculaire tout en réduisant par la même occasion les gaz à effet de serre. » Cette fois, GM avait livré la marchandise.

Malgré plusieurs prix prestigieux, dont celui de « Voiture nord-américaine de l’année » et un taux de satisfaction très élevé de la part des propriétaires, les ventes de la Volt n’ont pas été à la hauteur des attentes du constructeur. Il semble que son prix relativement corsé et la crainte que ce nouveau véhicule doté de technologies hors du commun ne soit pas aussi fiable qu’on serait porté à le croire ont incité les acheteurs à la prudence.

Pourtant, après quelques années d’utilisation sur nos routes, il faut avouer que cette Chevrolet à moteur électrique est fort appréciée par ses propriétaires. Voilà de bonnes nouvelles pour la seconde génération puisqu’on n’a pas à essuyer les plâtres suite à une voiture mal conçue, mais plutôt de raffiner le modèle existant et d’optimiser ses capacités routières.

Silhouette plus conventionnelle
Curieusement, cette seconde génération propose une silhouette nettement plus sage que celle de la génération précédente. Des études de marché ont permis à Chevrolet de découvrir que plusieurs personnes n’appréciaient pas tellement le caractère pseudo futuriste de ce modèle. On s’est donc concentré à lui donner une allure dynamique, tout en utilisant des éléments visuels plus conventionnels. La partie avant est plus recherchée et plus distincte. Pour le reste, on a accentué l’apparence du coupé quatre portes tout en conservant de façon relativement éloignée la silhouette du premier modèle.

Dans l’habitacle, on a assagi la présentation, augmenté la dimension de l’écran d’information tandis que les cadrans indicateurs sont constitués d’un écran unique que l’on peut modifier selon ses désirs, ses besoins et sa volonté. Sur la première version, un élément graphique affichait une boule ressemblant à un globe terrestre qui montait ou descendait selon la qualité écologique de notre conduite. Il s’agissait de maintenir ce globe au centre de la colonne verticale pour assurer une conduite écologique. Cette fois on a conservé la même astuce, mais on l’a déplacé vers le côté gauche et
réduit la dimension du témoin vertical. C’est moins élégant et moins pratique. Par contre, on a abandonné la planche de bord inspirée d’appareils électroménagers de la version précédente.

Même si on affirme que ce véhicule est dorénavant un cinq places, il faut oublier cette prétention. Il s’agit d’un quatre places alors que la place médiane arrière est trop inconfortable pour être considérée. À l’avant, aucun problème aussi bien au chapitre du confort que du support latéral des sièges. Il faut également ajouter que la qualité des matériaux de l’habitacle est légèrement supérieure à la moyenne. Une tendance que l’on remarque maintenant sur de plus en plus de nouveaux modèles de General Motors.

Rayon d’action prolongé
Les batteries de type ion lithium utilisées sur le modèle précédent n’ont causé aucun problème aussi bien en fait de rendement que de fiabilité. Sur cette version, on a réduit le nombre de cellules, tout en augmentant le rayon d’action qui est passé de 64 km à 80 km. Ce n’est pas un gain spectaculaire, mais c’est aussi bien cela de gagné.

Sur le plan technique, la première Volt était dotée d’un moteur thermique qui était d’une technologie relativement vieillotte avec son bloc en fonte et un système d’injection rétro. Cette fois, la cylindrée est portée à 1,5 litre, le bloc est en aluminium et on a fait appel à l’injection directe. Sa puissance est de 100 chevaux, soit 16 de plus que l’ancien moteur. Ce moteur est plus léger de 45 kg ce qui a une incidence directe autant sur les performances que sur la consommation de carburant.

On a conservé la même plate-forme que celle utilisée sur la Chevrolet Cruze et la Buick Verano. Toutefois, la plate-forme a été rendue plus rigide afin d’optimiser la tenue de route et la précision de la direction.

Améliorée, mais…
Il est certain qu’à presque tous les points de vue, cette Volt de seconde génération est supérieure au modèle qu’elle remplace. La tenue de route est meilleure, le moteur thermique plus silencieux et plus performant tandis que la précision de la direction dans les virages est à souligner. En outre, la rigidité de la plate-forme permet de bénéficier d’une insonorisation plus poussée.

Il faut se souvenir que cette voiture est une automobile électrique et non un hybride conventionnel qui passe du moteur thermique au moteur électrique ou une combinaison des deux. Donc, que la batterie soit chargée ou pas, on bénéficie toujours de la même douceur, du même silence de roulement. Lorsque la batterie est épuisée, le moteur thermique prend la relève et produit l’électricité nécessaire par l’intermédiaire des moteurs-génératrices pour alimenter le moteur électrique. Il en résulte une expérience de conduite assez intéressante.

Toutefois, malgré cette pléthore d’améliorations et un rendement supérieur, il m’a semblé que cette voiture était un peu moins incisive au chapitre de la conduite. Peut-être parce qu’elle est mieux insonorisée, mais il m’a semblé qu’elle était un tantinet moins communicative que son prédécesseur ne l’était.

Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une solution fort intéressante et quand même abordable financièrement pour la personne qui veut rouler en mode électrique et ne jamais avoir à s’inquiéter lorsque la batterie n’a plus de charge.

Photos: Chevrolet Canada





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Lance Stroll - Le talent avant l'argent
Les lauréats de 2017 Nactoy
Peter Schreyer
Infiniti dévoile un moteur à compression variable
Un salon entre deux chaises




PARTENAIRES