Accueil   Recherche   

english


Auto

Le 24 mai 2016 - 14:37
Outils

Ferrari 488 GTB Lignes spectaculaires et 670 chevaux

Ferrari 488 GTB Lignes spectaculaires et 670 chevaux

En mars 2015, le monde de l’automobile a été ébloui lors du dévoilement de la Ferrari 488 GTB au Salon de l’auto de Genève. Cette nouvelle venue était appelée à remplacer la 458 Italia et elle a causé une commotion chez les inconditionnels de la marque : le moteur V8 atmosphérique de 4,5 litres était remplacé par un moteur turbo de 3,9 litres ! Mais si la cylindrée est réduite, on a gagné en puissance alors que ce moteur produit 670 équidés par rapport aux 540 du moteur atmosphérique.

On retrouve une boîte automatique à 7 rapports comme sur la 458, mais les passages des rapports sont nettement plus rapides. De plus, cette transmission à double embrayage est pourvue d’un système de gestion variable de la suralimentation qui distribue le couple 561 lb-pi de manière optimale. Les rapports de boîte sont spécialement étudiés pour obtenir des per formances hors norme, mais également pour obtenir un régime moteur assurant une bonne sonorité du moteur. Cette astuce permet quand même à un moteur turbo d’avoir le son authentique d'une Ferrari

La silhouette est typique à la marque, mais il faut souligner qu’elle n’est pas nécessairement spectaculaire comme l’est La Ferrari, mais c’est élégant et sportif dans l’ensemble tout en assurant une certaine filiation visuelle avec la 458. Soulignons la présence à l’avant de deux larges prises d’air à chaque extrémité. Les stylistes du Centre de design de Ferrari ont en plus repris les flancs échancrés de la 308 GTB. L’aérodynamique de la voiture est très poussée afin d’assurer une stabilité remarquable à grande vitesse. C’est ainsi qu’une portance négative de 325 kg est générée à 250 km/h grâce à des dispositifs aérodynamiques, notamment un soubassement aérodynamique à générateurs de tourbillons, afin d’augmenter la portance négative tout en réduisant simultanément la traînée. Soulignons que l’aileron arrière est de type soufflé tandis que l’on note la présence de deux tuyaux d’échappement contrairement à trois sur la 458.

L’un des objectifs de l’équipe de développement était de réaliser une voiture capable d’être l’une des plus rapides Ferrari de l’histoire tout en demeurant complètement contrôlable, même à la limite, par des conducteurs de tous niveaux. C’est pourquoi les commandes dynamiques de la 488 GTB ont été optimisées. Elles comprennent une nouvelle version du système Side Slip Angle Control (SSC2) intégré avec le système de contrôle de la traction F1-Trac et avec le différentiel électronique E-Diff. Ce dernier contrôle également les amortisseurs actifs afin d’optimiser les performances, la traction et la stabilité latérale en tout temps. Le SSC2 analyse constamment les forces latérales générées et intervient auprès des autres éléments afin de rendre la voiture ultra stable.

Dans l’habitacle, on retrouve une planche de bord qui ressemble d’assez près à celle de la défunte 458, mais en plus raffinée avec de légères retouches afin d’en améliorer le look et la fonctionnalité.
La console entre les sièges est plus dégagée et simplifiée. Le volant à trois branches comprend toujours de multiples commandes dont la « manettino » qui permet de sélectionner les modes de fonctionnement. Les sièges sont plus confortables qu’auparavant tandis que leur support latéral pour les cuisses est meilleur.

Mais ce qui compte, c’est la performance et l’agrément de conduite. La 488 GTB a bouclé le circuit de Fiorano en 1,23 minute. Ce qui en fait la seconde Ferrari la plus rapide après la LaFerrari. Selon les données du constructeur, il faut 3,0 secondes pour boucler le 0-100 km/h tandis que le 0-200 km/h est l’affaire de 8,3 secondes.

Il se peut que certains puristes déplorent la disparition des moteurs atmosphériques et leur sonorité tant appréciée, mais on ne peut ignorer le progrès. La sonorité du V8 turbo est différente, mais tout de même excitante. Et il est difficile de renier les performances de ce bolide qui devrait passer à l’histoire.

Photos: Ferrari Canada





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Infiniti dévoile un moteur à compression variable
Formule 1 - Renault peut-il succéder à Mercedes?
Chevrolet Equinox - La modernité au rendez-vous
Volvo V90 XC - Prêt pour le succès
Daniel Raymond, un magicien de la mécanique




PARTENAIRES