Accueil   Recherche   

english


Style de vie

Le 12 mai 2016 - 15:26  | Patrice Plante | Paru dans Homme Édition printemps 2016
Outils

Le whisky de l'Oncle Sam

Le whisky de l'Oncle Sam

Le bourbon, cette simple bière « flat » vieillie en fût, est l’une des appellations de la famille des Whiskys. Il est depuis 1964 le spiritueux officiel des États-Unis (par sceau présidentiel !), mais la légende du bourbon remonte à bien plus loin. Pas mal, pour de l’alcool de blé d’Inde, non ?

Bourbon, tout le monde !
Si l’on sait qu’il se distille au Kentucky depuis le 18e siècle, on se demande encore qui d’Elijah Craig, d’Evan Williams ou de Jacob Myers a le droit d’en être nommé l’inventeur. Même chose pour le
nom : comté de Bourbon au Kentucky ou rue du même nom à La Nouv elle-Orléans ? On l’sait pas plus ! Ce qui compte, c’est que ce spiritueux ambré, création des immigrants irlandais et écossais, est de retour en grâce et qu’il est le de voir de tous les hommes de l’apprécier à sa juste valeur.

Pour avoir le droit de dire qu’il est du bourbon, l’alcool doit respecter de strictes conditions, parmi quatre principales :

  • Être produit aux États-Unis ;
  • Être fait à 51 % ou plus de maïs ;
  • Être vieilli dans des fûts de chêne blanc neufs et noircis à la fumée ;
  • Être embouteillé à au moins 40 % vol. d’alcool.

Parlons vieillissement
Comme vous, messieurs, le bourbon prend ses galons et gagne en assurance en vieillissant. On dit même que plus il reste longtemps en barrique, plus il plait aux dames, car il est plus doux, plus vanillé sans perdre son mordant.

Un peu d’histoire
C’est au 18e siècle que l’on voit les premiers balbutiements du bourbon aux États-Unis. Beaucoup d’hommes se lancent alors dans la distillation du maïs et la production de bourbon et en font un commerce florissant aidé, entre autres, par l’insecte nommé le Phylloxéra. Ce dernier décime les vignes de vins et de cognac en France, rendant d’autres spiritueux plus populaires, et changeant ainsi
le cours de l’histoire. Le cognac fut remplacé par du rye ou du bourbon dans plusieurs cocktails classiques.

De 1920 à 1933, l’industrie des whiskys américains connaît une chute vertigineuse causée par la Prohibition et l’industrie du bourbon ne s’en remettra qu’à partir des années 1980, pour finalement redevenir le whisky le plus vendu aux États-Unis en 2010 (position détenue jusqu’alors par le whisky canadien). Au fameux Kentucky Derby (la plus importante course de chevaux des États-Unis), il se sert plus de 120 000 Mint Juleps en deux jours !

C’est dire comment, au Kentucky, on ne rigole pas avec l’un des quatre « piliers » de l’État (le bourbon, le tabac, les chevaux et les jolies femmes !). Ingrédient essentiel du Old Fashioned et du Mint Julep, on comprend pourquoi les Kentuckiens recommandent : Keep your friends close and your bourbon closer !

TROUVEZ L'INTRUS!
Bien que faisant partie d’une catégorie à part (Tennessee Whisky), ce bon vieux Jack est un proche parent du bourbon. Voici donc trois musts à avoir sous la main.

Jack Daniel’s Old No.7
Sa réputation n’est plus à faire. Avec son mélange de maïs (80 %), de seigle (8 %) et d’orge maltée (12 %), il donne des arômes de vanille et de caramel. En bouche, il est moelleux et rond avec une
finale franche et persistante. Code SAQ : 00041384

Jim Beam White Label
Ce bourbon possède un goût suave, mais puissant avec une finale boisée. Ça sent bon la vanille et le foin fraîchement coupé ! Code SAQ : 11 975 399

Maker’s Mark
On le reconnait facilement grâce à son goulot recouvert de cire rouge. Rond et riche, il a des accents de fruits rouges mûrs, de vanille et de cannelle. Si vous n’aimez pas déjà le bourbon, c’est lui qui
vous fera tomber en amour avec ce spiritueux. Code SAQ : 10 817 807

LE ROUGE GORGE
Le cocktail qui ravivera toutes les passions et qui plaira autant à la gent féminine qu’aux damoiseaux. Un délicieux mélange de bourbon mâle à la rencontre de la soie féminine du sirop, la pincée de sel élève toutes les saveurs de l’Angostura aux épices séduisantes. Quoi demander de mieux pour charmer une conquête ? En s’armant du panache d’un noeud papillon en bois « Monsieur Pap ».

  • 1 oz de bourbon
  • 0.75 oz de jus de citron frais
  • 0.75 oz de sirop simple (ou sirop Universel Monsieur Cocktail)
  • 0.25 oz d’amer Angostura
  • Pincée de sel de mer
  • Zeste de citron (pour décorer)
  1. Dans un shaker, ajouter tous les ingrédients et mélanger avec de la glace.
  2. Filtrer au tamis fin dans un verre à martini ou une coupe à champagne préalablement refroidie.
  3. Décorer d’un zeste de citron.

Patrice Plante





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Comment gérer le stress au quotidien
Champignons sautés au beurre à l'ail et aux herbes fraîches
Vous voulez être entrepreneur?
Le plongeur
Le sous-majordome




PARTENAIRES