Accueil   Recherche   

english


Auto

Le 27 avril 2016 - 15:29  | Denis Duquet | Paru dans Le monde de l'auto Hiver 2016
Outils

Souvenirs de Francfort, toujours gigantesque

Souvenirs de Francfort, toujours gigantesque

Cette année, le Salon de l’auto de Francfort s’est déroulé, du moins pour les membres de la presse, une journée avant le dévoilement de la tricherie de Volkswagen concernant les modèles de ce 
constructeur avec moteur diesel. Donc, au cours des deux journées de presse du 15 et 16 septembre, c’était « business as usual » avec les multiples dévoilements répartis un peu partout dans l’immense centre d’exposition de Francfort. Par contre, deux jours plus tard, c’était l’apocalypse pour VW.

Pour un Québécois qui a exclusivement visité les Salons de Montréal et de Québec, il est difficile pour ces personnes de s’imaginer l’ampleur d’une telle manifestation. En effet, les constructeurs sont abrités dans neuf pavillons dont certains sont de dimensions presque aussi imposantes que celles du Centre des congrès de Montréal et quelques-uns sont à deux ou même plusieurs étages. Le journaliste ou le visiteur devant explorer toutes les facettes de cette manifestation doit certainement s’équiper de bons souliers de marche. Et pour donner encore une meilleure idée de l’ampleur de la chose, tous ces édifices sont reliés à l’aide d’une galerie supérieure dotée de tapis roulants afin de faciliter les déplacements.

En plus, on retrouve une gare ferroviaire puisqu’on peut y accéder par train tandis que deux stations de métro sont situées à la sortie de ce centre de foires. Bref, il s’agit d’installations monstres. Il faut
par ailleurs souligner que cet ensemble ne sert pas uniquement au salon de l’automobile une fois par année, on y organise plusieurs salons internationaux, notamment le Salon du livre qui figure parmi les plus importants de la planète.

Clopin-clopant
Je dois avouer cette année avoir effectué une visite du salon en demi-teinte en raison d’une blessure au pied qui limitait mes déplacements. Malgré tout, j’ai quand même été en mesure de trouver des éléments intéressants,que ce soit au chapitre des grands constructeurs qu’une certaine petite exposition d’anciens bolides de course retrouvée dans une section plus ou moins fréquentée. De toute manière, il est physiquement impossible de tout explorer en profondeur sur une période des deux journées réservées à la presse à moins d’effectuer votre tournée au pas de course. Détail à souligner, il fallait noter l’absence de General Motors qui a retiré la marque Chevrolet du marché européen l’an dernier. Par contre, sa filiale allemande Opel se retrouvait, par une curieuse ironie, au pavillon réservé aux grandes marques françaises que sont Citroën, Peugeot et Renault. Cette présence est importante, mais elle n’avait rien à voir avec les manifestations de puissance des autres marques allemandes
regroupées dans le pavillon 2 pour Mercedes-Benz et Smart, 3 pour le groupe Volkswagen et ses six marques tandis que Audi avait son propre pavillon au centre stratégique de l’exposition. Enfin, BMW et Mini étaient à l’autre bout du terrain au pavillon 11. Bref, la filiale de GM n’a pas l’envergure des autres concurrents germaniques. 

Le pavillon le plus spectaculaire est sans doute celui de Mercedes-Benz qui est tout en hauteur et constitué d’une spirale qui permet, une fois rendu en haut, d’avoir une vision assez spectaculaire des modèles exhibés dans la grande salle. Et comme entrée en matière, le vestibule de ce pavillon permet de découvrir les dernières nouveautés chez Smart avec une présentation qui se veut différente et plus jeune. Par contre, si vous désirez faire de la photo des nouveautés chez Mercedes-Benz, mieux vaut vous armer de patience, car il y a toujours foule auprès des voitures. Cette année, on a dévoilé plusieurs intéressantes nouveautés notamment une gamme de cabriolets et une décapotable de la Classe S autre de la Classe E en plus de dévoiler le coupé de la Classe C qui était fortement attendu. Sans oublier la voiture concept IAA qui est la vision de l’auto de demain selon ce réputé constructeur. Et même si ce modèle n’est pas distribué au Canada, on a présenté la nouvelle génération de la Classe A et la plupart des nouveaux modèles étaient également dévoilés en version AMG, rien de moins. 

Malgré cette générosité dans le nombre de nouveautés, la plupart des personnes présentes ont accordé la palme de l’innovation et du modèle qui a fait le plus parler à la Porsche Mission E, une berline sport quatre portes à propulsion 100 % électrique capable de performances à la hauteur de la réputation de la marque tout en proposant un rayon d’action de 500 km. Et connaissant les politiques de la marque quant à la présentation de voitures-concepts, cette nouveauté devrait être commercialisée d’ici une couple d’années. On en a profité par la même occasion pour dévoiler la nouvelle génération de la 911. Comme c’est l’habitude de ce constructeur, il s’agit d’une version évolutive qui respecte la même silhouette, mais tout en progressant tant sur le plan esthétique que technique. Ces dévoilements ont été les dernières représentations de Mathias Muller en tant que grand patron de Porsche puisqu’il allait être nommé à la tête de tout le groupe Volkswagen quelques journées plus tard suite au scandale des moteurs diesels.

Évanouissement et inquiétude
Tandis que les grandes marques allemandes faisaient la manchette avec le dévoilement de plusieurs nouveautés tant chez Audi, Volkswagen, Porsche et Mercedes-Benz, les manchettes provenant de chez BMW étaient moins positives. Malheureusement, cela n’avait rien à voir avec les modèles présentés. En effet, le dévoilement des nouvelles Séries 7 et X1 a été escamoté par l’évanouissement
d’Harald Krüger, le grand patron, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole. Plusieurs médias se sont empressés d’afficher la photo ou de publier des vidéos du dirigeant allongé au sol. On a d’abord craint pour sa santé pour ensuite apprendre qu’il s’agissait d’une faiblesse causée par un virus. 

Les amateurs de voitures exotiques que sont Ferrari et Maserati doivent se rendre au pavillon 5 alors que toutes les marques italiennes ou presque sont regroupées. Curieuse exception parmi les Italiennes, on retrouve Hyundai qui possède un kiosque dans le même édifice. Quant aux amateurs de Lamborghini, ils doivent se diriger vers l’édifice 3 où sont regroupées toutes les marques du groupe Volkswagen.

Rendez-vous incontournable
Le Salon international de l’auto de Francfort dont le nom officiel est IAA est un incontournable pour toute personne suivant de près ou de loin le monde de l’automobile. Ne serait-ce qu’en raison de l’importance de l’influence des constructeurs allemands, mais également par le nombre de réunions internationales qui s’y déroulent pendant la journée d’exposition, tant celles réservées à la presse que celles pour le grand public. En outre, il ne faut pas oublier les fournisseurs d’accessoires, de pièces de rechange et de différentes technologies qui sont également présents sur place sans oublier les fabricants de pneumatiques. 

Bref, il y a de tout pour tous, que l’on soit simple passionné de l’automobile, constructeur ou fournisseur.

Denis Duquet





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Lance Stroll - Le talent avant l'argent
Les lauréats de 2017 Nactoy
Peter Schreyer
Infiniti dévoile un moteur à compression variable
Un salon entre deux chaises




PARTENAIRES