Accueil   Recherche   

english


Auto

Le 26 avril 2016 - 17:02
Outils

Honda réinvente la Civic

Honda réinvente la Civic

Lorsqu’on parle de Honda, on songe immédiatement à la Civic, la voiture compacte qui a permis à ce constructeur nippon de s’implanter en Amérique du Nord dans les années 70. Mieux encore, ce modèle est devenu la voiture la plus vendue au Canada, et ce depuis 17 ans. Mais la concurrence a progressé et elle se fait de plus en plus insistante aussi bien en fait de qualité, de fiabilité et d’agrément de conduite.

Le temps était venu de porter un grand coup et Honda a littéralement volé la vedette au Salon de l’auto de New York en avril dernier en dévoilant une nouvelle famille de modèles Civic comprenant la
berline et le coupé, mais avec l’ajout du modèle hatchback cinq portes qui avait été réservé aux autres marchés jusqu’ici. Innover ne signifie par délaisser la logique. De sorte que la berline est
commercialisée en premier, un geste sans surprise puisque c’est le modèle le plus vendu. Suivront ensuite le coupé au printemps 2016 et le hatchback par la suite.


Une plateforme mondiale
Pour la première fois depuis la création de ce modèle, les ingénieurs ont développé une toute nouvelle plate-forme qui sera utilisée sur tous les marchés de la planète, celui de l’Amérique du Nord ne faisant pas exception. Non seulement cette plate-forme est toute nouvelle, mais elle a été renforcée par l’utilisation d’acier ultra rigide qui est par le fait même plus léger. L’empattement a progressé de 30 mm, ce qui améliore la  tenue de route tout en assurant plus de dégagement pour les jambes. 

En plus, cette nouvelle venue est plus longue de 75 mm, plus large de 126 mm tout en étant plus basse de 19 mm. On en a profité pour réviser la géométrie de la suspension, relocaliser la mécanique de la direction et enfin développer une nouvelle suspension arrière à liens multiples. 

La sécurité passive en cas d’impact a également progressé grâce à l’utilisation de poutres à rigidité multiple permettant de mieux absorber les impacts. 

Moteur turbo : une première
Ce sous-titre risque de vous surprendre. Il est vrai que ce constructeur a déjà fait appel à un moteur turbocompressé sur l’Acura RDX, mais c’est une première en ce qui concerne la marque Honda. Ce quatre cylindres 1,5 litre turbocompressé à DACT produit 174 chevaux et 162 lb-pi de couple et il est associé à une transmission de type CVT, la seule disponible. Ce moteur équipe les modèles EX-T et Touring, ce dernier étant le plus luxueux de la gamme. L’autre groupe propulseur est un 2,0 litres atmosphérique de 158 chevaux, lui aussi à double arbre à cames en tête. Il est offert sur les modèles EX, LX et DX. Ce dernier ne propose que la boîte manuelle à six rapports tandis que la LX peut être commandée avec la transmission manuelle à six rapports ou CVT. L’EX ne peut être équipée que de la CVT. 

Selon les données fournies par Honda, le moteur turbo aurait une consommation moyenne de 6,7 l/100 km tandis qu’elle serait de 6,9 pour le 2,0 litres.

Plus audacieux de l’extérieur, plus sage de l’intérieur 

La silhouette de la nouvelle Civic est plus agressive que celle du modèle précédent. C’est n’est pas révolutionnaire, mais suffisamment audacieux pour la démarquer de l’édition 2015, notamment avec une grille de calandre distinctive, des bas de caisse légèrement plus proéminents et des feux arrière en forme de C dotés de DEL. Les parois latérales sont sculptées dans la section intérieure afin d’ajouter plus de dynamisme à l’ensemble. Même si cette berline a progressé d’assez peu en fait de longueur, le fait qu’elle soit plus basse et plus large donne l’impression d’être beaucoup plus imposante que précédemment. Bref, cette berline est parmi les plus dynamiques au chapitre de la présentation extérieure. 

Cette fois, la planche de bord s’est assagie tout en se bonifiant. Cela peut sembler contradictoire, mais on a délaissé l’affichage de l’information sur deux niveaux pour les remplacer par des cadrans plus conventionnels, mais de consultation plus facile. L’écran de gestion et de consultation permet également d’utiliser les systèmes Apple Car Play et Android Auto. Sur les versions plus économiques, le volume de la radio peut être réglé par un bouton conventionnel, sur les autres on doit apprivoiser le réglage par contact sur le pourtour de l’écran. Heureusement, on a eu la bonne idée de placer une commande d’appoint sur le volant. 

La console entre les deux sièges a été totalement redessinée. Le levier du frein d’urgence a été remplacé par un dispositif électronique comme le veut la tendance. Je suis persuadé que
cette décision sera le sujet de bien des discussions parmi les membres de la « Nation Civique ». Par ailleurs, la qualité des matériaux s’est améliorée tandis que le coffre d’une capacité de 428 litres est l’un des plus spacieux de la catégorie.


Pari gagné
Cette transformation majeure de la Civic était quand même audacieuse. Mais on a pris les moyens nécessaires pour ne pas répéter les mêmes erreurs que lors de la révision de la neuvième génération. Cette fois, la silhouette est modifiée juste ce qu’il faut, l’habitacle est plus spacieux et mieux insonorisé en plus de posséder des matériaux de meilleure qualité. Enfin, la planche de bord est plus conventionnelle certes, mais plus ergonomique que précédemment. 

Sur la route, notre essai a surtout consisté à la conduite d’un modèle Touring, obligatoirement propulsé par le 1,5 litre Turbo couplé à la boîte CVT. Celle-ci est dans la bonne moyenne de la catégorie tout en étant responsable de la sonorité bien spéciale du moteur qui semble toujours être à la tâche. C’est la nature même de la bête, mais cela m’a semblé moins proéminent sur la Civic. Les performances sont correctes. Par exemple, il faut environ 7,7 secondes pour réaliser le 0-100 km tandis que le 2,0 litres avec la boîte manuelle réalise le même exercice en un peu plus de 8 secondes. 

La tenue de route est sans histoire et les freins progressifs. Cette Civic est moins sportive en tenue de route qu’une Mazda3 essayée lors du dévoilement, mais supérieure aux Hyundai Elantra et Toyota Corolla essayées dans des conditions identiques.

Denis Duquet
Photos: Honda Canada

 





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Lance Stroll - Le talent avant l'argent
Les lauréats de 2017 Nactoy
Peter Schreyer
Infiniti dévoile un moteur à compression variable
Un salon entre deux chaises




PARTENAIRES