Accueil   Recherche   

english


Auto

Le 26 avril 2016 - 12:09  | Denis Duquet | Photos: Kia Canada | Paru dans le Monde de l'Auto Édition Hiver 2016
Outils

Kia Optima : la théorie des petits pas

Kia Optima : la théorie des petits pas

Même si cela peut sembler invraisemblable pour les automobilistes québécois, puisque l’Optima n’est pas nécessairement la berline la plus vendue sur notre territoire, mais aux États-Unis, il s’agit du modèle Kia le plus populaire. En effet, il surpasse tous les autres modèles de cette marque avec plus de 150 000 unités vendues annuellement. Mais dans le monde de l’automobile, les succès sont des éléments de courte durée. Si on ne poursuit pas l’amélioration de la voiture, elle est rapidement dépassée par la concurrence. C’est pourquoi l’Optima est transformée pour 2016. Mais quand on parle de transformation, ce n’est pas nécessairement le mot juste, puisqu’évolution est un terme plus approprié.

En effet, il faut se souvenir que le grand patron de la marque, Peter Schreyer, provient de chez Audi où on pratique intensément la politique de l’évolution permanente. Cette façon de faire les choses est également omniprésente chez Volkswagen. Donc, l’Optima 2016 est nouvelle, mais au premier coup d’oeil, on a l’impression qu’elle a peu changée. Il faut la comparer aux modèles précédents
pour réaliser qu’elle a vraiment évolué. Cette version est plus longue et plus large tandis que plusieurs retouches à sa partie avant donnent plus de dynamisme à sa silhouette qui demeure toujours sportive. En plus, les ingénieurs en ont profité pour rendre la plateforme plus rigide et ainsi mieux insonoriser l’habitacle tout en assurant un meilleur comportement routier. Il faut également souligner l’utilisation de phares bi-xénon, une première chez ce constructeur, qui pivotent dans les virages afin d’assurer une meilleure visibilité en conduite nocturne.


Moteurs : l’embarras du choix
Toujours en respectant cette philosophie de l’évolution mécanique progressive, l’Optima 2016 est offerte avec deux moteurs quatre cylindres qui étaient proposés l’an dernier. Il s’agit en premier d’un 2,4 litres produisant 185 chevaux et 178 lb-pi de couple. Par ailleurs, le moteur 2,0 litres turbocompressé est plus puissant puisqu’il produit 60 chevaux de plus tandis que son couple de 260 lb-pi permet de bénéficier d’accélérations initiales assez vigoureuses. Ces deux moteurs sont associés à une transmission automatique à six rapports de type manumatique avec palette de passages des rapports
placée sur le volant. 

Cette année, un nouveau moteur est proposé. Il s’agit d’un quatre cylindres turbo compressé de 1,6 litre. Compte tenu de sa cylindrée, sa puissance est digne de mention. En effet, ce moteur génère 178 chevaux et 185 lb-pi de couple, et ce à un régime de 1 500 tr/min. Et pour la première fois chez Kia, on utilise une boîte automatique à sept rapports. 

En plus d’avoir révisé la plateforme et rendu la carrosserie plus rigide avec une utilisation plus intensive d’acier à haute force de tension, les ingénieurs ont révisé la suspension et modifié les points de contact de celle-ci avec le monocoque. En outre, de nombreuses astuces de conception et l’utilisation de matériaux insonorisant ont permis de rendre l’habitacle beaucoup plus silencieux qu’il l’était. Il faut également souligner que la direction à assistance électrique est également disponible. 

Intérieur raffiné
L’Optima de la précédente génération n’avait rien à envier à la concurrence au chapitre de l’habitacle. Les matériaux étaient de bonne qualité, le design sobre et subtil, tandis que la finition était supérieure à la moyenne de la catégorie. On y voit bien entendu l’influence du passage chez Audi du grand patron Peter Schreyer. Mais cette nouvelle génération s’est améliorée avec une présentation plus sophistiquée, un pourcentage plus important de matériaux souples et une élégance vraiment raffinée. On a l’impression d’être au volant d’une voiture se vendant beaucoup plus cher. Et comme
les Américains apprécient non seulement des véhicules aux dimensions quelque peu plus généreuses et un habitacle cossu, cette nouvelle génération devrait surpasser les ventes de la version antérieure. 

Il faut également souligner que l’habitabilité a également pris du mieux en raison des dimensions plus généreuses de la carrosserie. Les occupants bénéficient donc de plus d’espace pour les coudes, les jambes et la tête. Voilà autant d’éléments dont se serviront les vendeurs chez les concessionnaires du pays de l’Oncle Sam pour vanter les mérites de ce bestseller.

Nous sommes loin de quelques modèles à la silhouette ahurissante que Kia nous a offerts par le passé. Il suffit de parler de l’Amanti pour s’en convaincre. Mais cette nouvelle version de l’Optima rendue plus élégante et plus sophistiquée à tous les points de vue doit également se démarquer au chapitre de la conduite.


Oups! Nous roulons à 125 mp/h…
Dans le cadre de la présentation de ce nouveau modèle à Las Vegas au Nevada, nous avons eu comme véhicule d’essai le modèle SXL, le plus luxueux de la gamme, propulsé par le moteur 2,0 litres. Cette version dispose de sièges en cuir dotés de surpiqûres et les parois verticales et horizontales sont molletonnées, une tendance que l’on remarque sur certaines autres voitures de luxe. La disposition de la planche de bord est bonne tandis que l’écran d’affichage permet d’apprécier le système de gestion UVO. En plus, l’Optima est le premier modèle Kia à proposer les systèmes AndroidTM4 Auto and Apple® 5 CarPlay qui permettent à votre téléphone intelligent d’interagir avec UVO. Enfin, le système audio ambiophonique Quantum Logic est également disponible. 

Bref, la table était mise pour une randonnée dans les régions avoisinantes de Las Vegas. Ma première impression de conduite est passablement positive alors que le silence de roulement est l’équivalent d’une berline se vendant plusieurs milliers de dollars plus chers tandis que les sièges s’avèrent confortables et la position de conduite facile à régler. Les performances du moteur sont intéressantes en raison de la puissance du couple maximal qui survient à bas régime tandis que la boîte automatique et sans histoire. La direction pourrait être un peu moins assistée et un peu plus précise, mais compte tenu du caractère de cette voiture, ce n’est pas un problème majeur. La tenue de route est prévisible et la voiture ne penche pas trop dans les virages. C’est par ailleurs une excellente voiture pour dévorer les kilomètres sur l’autoroute. 

En compagnie de Jacques Duval, nous roulions sur une autoroute assez peu fréquentée tout en parlant de choses et d’autres alors que je me suis rendu compte en vérifiant ma vitesse que nous roulions à 125 MP/h, soit plus de 200 km/h ! Cette voiture est tellement silencieuse et sa douceur de roulement supérieure à la moyenne ne donne aucun indice de la vitesse à laquelle vous roulez. Dans un sens, c’est un témoignage de l’excellence des ingénieurs qui ont développé l’insonorisation de ce modèle, mais en même temps, un peu plus de feed-back nous aurait permis de rouler de façon un peu plus sage. Heureusement pour moi, nous n’avons croisé aucun policier au moment de notre infraction. Mais faute avouée à moitié pardonnée. 

Quoi qu’il en soit, cette berline est plus élégante qu’auparavant alors qu’elle était déjà une voiture assez jolie à regarder tandis que les améliorations à la plate-forme et à la suspension permettent d’obtenir une meilleure tenue de route et un roulement plus sophistiqué. 

Reste à Kia Canada maintenant de convaincre les acheteurs québécois qu’une Optima est un choix digne de leur intérêt.

Denis Duquet
Photos: Kia Canada

 





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Lance Stroll - Le talent avant l'argent
Les lauréats de 2017 Nactoy
Peter Schreyer
Infiniti dévoile un moteur à compression variable
Un salon entre deux chaises




PARTENAIRES