Accueil   Recherche   

english


Publié dans Mieux-Être

Le 13 janvier 2016 - 15:22  | Peggy Béland alias La Benevoliste | Paru dans Mieux-Être Édition 77
Outils

Réaliser son plein potentiel par l'entremise du bénévolat

Réaliser son plein potentiel par l'entremise du bénévolat

« L’homme le plus heureux est celui qui fait le bonheur d’un plus grand nombre d’autres. » 
-Denis Diderot

Dans leur quotidien, la majorité des gens sont désireux de se découvrir un équilibre de vie parfait. Mais quelle image nous vient en tête dans l’immédiat lorsqu’on imagine cet équilibre parfait pour chacun de nous ? Pour moi, l’équilibre parfait dans ma vie passe par la conciliation travail, famille, amis et par mes activités sociales via le bénévolat. J’ai commencé comme bénévole dès l’âge de 8 ans dans le cadre d’activités sportives avec mes parents qui étaient, et qui sont toujours, de grands bénévoles. Je n’ai jamais cessé depuis. Faire du bénévolat m’apporte beaucoup humainement parlant, dont la confiance en soi, mais également une confiance réciproque envers la société. Je suis en contact constant avec d’autres réalités de la vie et je rencontre des personnes que je n’aurais pas eu la chance de côtoyer autrement. Cela m’apporte également une plus grande ouverture d’esprit sur le monde tout en me permettant de me découvrir de nouvelles compétences. Selon moi, en tant que bon citoyen, chacun devrait se faire un devoir de s’engager dans sa communauté. En effet, plus de gens devraient s’impliquer dans leur milieu, selon le temps qu’ils peuvent donner, à faire du bénévolat même si ce n’est qu’une seule petite heure par mois.

- Peggy Béland alias La Benevoliste

 

Avez-vous de la difficulté à vivre en équilibre avec tous les aspects de votre vie ? Ne vous en faites pas, car 58 % des Canadiens affirment avoir une surcharge liée à tous les rôles occupés : famille, amis, travail, loisirs, etc. Une vie équilibrée, c’est savoir concilier les différentes sphères de sa vie selon ses priorités, dont la sphère sociale. Les bénévoles disent toujours qu’ils « retirent davantage de leurs activités bénévoles que ce qu’ils y investissent ». Ils affirment également que l’expérience leur a procuré une immense satisfaction personnelle sur les plans physiques, affectifs et intellectuels, tout en les redynamisant sur le plan social.

LE BÉNÉVOLAT : UN INVESTISSEMENT PAYANT 
SUR LA CONSTRUCTION DU SOI

Premier fait saillant, on s’engage à faire du bénévolat pour soi, ensuite pour les autres et par la suite dans notre communauté. Lorsque l’on donne de soi, on donne à soi également. Il est important de réaliser que chaque personne que vous aidez retransmettra la bonté et la bienveillance à un autre individu. Bref, chaque geste posé individuellement à un effet en cascade pour la société. Le bénévolat est porteur de sens et permet de développer en même temps ses compétences au service d’un projet collectif par le biais d’une cause qui nous tient à cœur. Cet épanouissement va de pair avec l’équilibre que les bénévoles parviennent à trouver, pour une grande majorité, entre leur engagement, leurs activités et leur vie personnelle. En prenant l’habitude de donner à la grande collectivité, vous partagez la richesse de tout ce que vous êtes et de tout ce que vous avez de plus précieux à vos yeux.

Dans son ouvrage intitulé The Three Boxes of Life : An Introduction to Life/Work Planning, Richard Bolles classe les compétences dans trois catégories : l’autogestion, les compétences de contenu professionnel, et les compétences utilitaires. Le bénévolat aide à acquérir, à entretenir, et à améliorer des compétences dans chacun de ces domaines. Lorsque vous faites appel aux connaissances spécialisées d’une personne, connaissances nouvellement acquises dans un cadre scolaire ou développées au fil des ans, vous pouvez grandement renforcer sa confiance et son estime de soi. En mettant vos compétences, vos connaissances, vos talents et votre expérience au profit d’organismes, vous leur offrez l’occasion d’exploiter vos acquis, de vous apprécier en faisant ce don de soi qui fait toute une différence dans une collectivité.

SE SENTIR UTILE

Le bénévolat permet de développer une meilleure estime de soi, car nous pouvons partager nos compétences, nos valeurs au sein de notre communauté. Rendre visite à une personne qui est incapable de sortir, organiser une activité spéciale ou même rédiger un article pour le bulletin d’un organisme peut donner ou redonner l’impression qu’on a quelque chose à offrir et qu’on peut faire du bien à des personnes, à des organismes ou encore à soi-même. Nous satisfaisons également des besoins sociaux : nous avons l’opportunité de rencontrer de nouvelles personnes, de créer de nouvelles relations qui nous enrichissent tout en nous permettant de mettre fin à cette barrière d’individualisme du chacun pour soi qui prédomine actuellement parce qu’on ne prend pas le temps de gérer son temps à proprement dit afin de vivre en harmonie avec son équilibre de soi. Nous avons également besoin de vivre en accord avec nos valeurs morales et le bénévolat nous permet de concrétiser ces valeurs. Se sentir utile dans la société, quel beau sentiment bénéfique pour soi, mais aussi pour les autres qui en bénéficient ! Les activités bénévoles sont partie intégrante de notre propre identité sociale. Je deviens bénévole, et par la suite, je découvre à ma grande surprise que je suis fière de m’affirmer comme telle. De plus, le bénévolat nous offre une multitude de secteurs d’activités qui nous rejoignent en tant qu’individu afin qu’il puisse répondre à nos besoins et à nos valeurs proprement dites tout en nous permettant d’atteindre notre juste équilibre.

DÉVELOPPER SA DISCIPLINE PERSONNELLE

Parmi ses multiples effets bénéfiques à notre équilibre, le bénévolat nous donne le choix de faire quelque chose que l’on aime et nous pouvons l’inclure dans notre emploi du temps. En règle générale, les gens sont en mesure de déterminer ce qu’ils vont faire, à quelle fréquence, où et dans quelles circonstances. La possibilité de choisir donne un sentiment de contrôle, de liberté. Le fait d’être chargé d’une fonction, de devoir atteindre des buts et des objectifs et d’avoir des échéances à respecter peut aider plusieurs personnes à rétablir une certaine routine et une discipline dans leurs activités et même dans leur vie.

Les bénévoles qui acceptent des projets dont ils sont chargés du début à la fin, depuis la planification jusqu’à l’évaluation, en passant par l’exécution, en retirent un important sentiment de pouvoir et de contrôle : « Il y a un travail à faire et je suis capable de le faire. Je peux décider de l’exécuter ou de ne pas l’exécuter et choisir la façon de m’y prendre. » L’idée de pouvoir choisir et de pouvoir exercer un certain contrôle sur la planification, la stratégie et les résultats a d’excellentes chances de renforcer l’estime de soi et le sentiment d’accomplissement.

UN PLUS POUR VOTRE SPHÈRE PROFESSIONNELLE

Le bénévolat est également bon pour venir soutenir une autre sphère de notre équilibre : notre sphère professionnelle. Les conclusions de l’Enquête sur le bénévolat au Canada sont venues confirmer ces résultats en précisant que « 3,4 millions de bénévoles (70 %) estiment que l’apprentissage de nouvelles compétences constitue une caractéristique importante de leur travail. Ils acquièrent entre autres : des connaissances techniques reliées au travail de bureau, des compétences en matière de gestion, d’organisation, de communications, de relations interpersonnelles, de collecte de fonds, ainsi que des connaissances spécialisées dans divers domaines. De nombreux bénévoles (353 000) ont pu transférer ces compétences directement dans leur travail rémunéré. De plus, pour 44 % des personnes interrogées, il importait que le travail bénévole leur donne l’occasion d’améliorer leurs perspectives d’emploi ». (Ross, David P., « Le bénévolat, une activité rentable ? », Perception, Conseil canadien de développement social, vol. 14, no 4, p. 15-16.)

COMMENT développer notre sphère sociale ?

Vous avez envie de vous prendre en main et de trouver une façon d’apporter votre contribution ? Dans un premier temps, dressez-vous une liste d’intérêts. Pour nous permettre de bien donner, il est important de savoir maintenir ses objectifs personnels et ses priorités pour nous et être à l’écoute de nos différents besoins. Qu’est-ce que vous valorisez dans votre vie ? Qu’est-ce qui réchauffe votre cœur ? Que pouvez-vous faire pour mettre vos valeurs et vos centres d’intérêt au service de votre communauté ? Prenez une feuille et énumérez vos aptitudes dans une première colonne. Par la suite, dresser une deuxième colonne et indiquer les causes qui vous tiennent à cœur. Suite à ce petit exercice, dites-vous qu’une organisation a besoin de vous et des aptitudes que vous venez d’élaborer. Par la suite, réorienter votre quotidien en fonction de vos priorités. Il n’existe pas de mode d’emploi idéal et surtout, oubliez l’idée de tout chambouler votre vie avec un simple coup de baguette magique. L’idée de base est d’apporter une petite modification à votre quotidien tout en vous permettant d’exploiter votre plein potentiel. Je conclus en vous encourageant à vous investir en faisant ce don de soi dans votre communauté. Pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour vivre cette expérience en famille : le bénévolat familial. En effet, une implication en couple, en famille, entre grands-parents et petits-enfants permet ainsi de joindre l’utile à l’agréable et de se créer des souvenirs inestimables qui laisseront des traces de notre passage derrière nous. Quelle belle richesse pour notre collectivité et quelle belle occasion d’investir sur soi en élargissant ainsi son horizon !

Peggy Béland alias La Benevoliste

www.labenevoliste.com

facebook.com/peggy.beland





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Pour un été étonnant
Ralentir le rythme et observer la nature
Vivre la plénitude
Authentique Krystine St-Laurent
Marie-Ève Janvier - Grandeur nature




PARTENAIRES