Accueil   Recherche   

english


Publié dans Mieux-Être

Le 14 décembre 2015 - 16:49  | Chantal Tessier
Outils

Le monde DE Sophie

Le monde DE Sophie

 

Sophie Prégent est une comédienne qui s’est récemment fait remarquer dans ses rôles de la belle Romane et de Johanne dans les populaires séries télévisées Un sur 2 et Nouvelle adresse. Elle a aussi joué plusieurs personnages au théâtre et au cinéma. En parallèle, en 2013, elle acceptait le poste de présidente de l’Union des artistes, un titre qui n’avait pas été porté par une femme depuis les 30 dernières années. Parcours impressionnant! Toutefois, au-delà du métier, j’ai tenté d’en connaître davantage sur la femme. Voici le monde de Sophie.

Sophie est d’abord un être de création qui tient à s’exprimer par la voix de ses différents personnages. Humblement, elle avoue ressentir la même vibration qu’au premier jour où elle est montée sur les planches. « Contrairement à beaucoup de comédiens, je n’ai pas ressenti la flamme du jeu très jeune. J’étais au cégep de Ste-Thérèse et, tout bonnement, je me suis inscrite à un cours de théâtre. Tout de suite, j’ai eu la piqûre », s’exclame-t-elle.   Et la passion ne s’est jamais estompée… Dans une entrevue accordée à une journaliste, elle a déjà avoué vouloir décrocher le rôle d’une femme laide et détraquée. Elle accepterait même de prendre 20 livres s’il le faut! Bâtir et donner vie à un personnage demeure un outil de créativité essentiel pour Sophie.

Toutefois, l’hémisphère gauche de son cerveau demande aussi à être développé. C’est ici que son travail de présidente de l’Union des artistes prend tout son sens puisque Sophie doit mettre en pratique des habiletés plus logistiques et analytiques. « J’adore mon travail, affirme-t-elle. J’ai dû l’apprendre sur le tas! Au début, je ne savais pas quoi faire ni par où commencer ! J’ai dû mettre les bouchées doubles et travailler très fort pour comprendre tous les dossiers. C’est grâce à mon métier de comédienne que j’ai pu apprendre aussi vite, car je connais la réalité des comédiens au Québec. »

Peureuse de relever le défi,
la belle Sophie ? Non. 

Sophie siégeait déjà sur le conseil d’administration depuis plusieurs années et trempait dans les dossiers depuis un bon moment. Même si sa nomination par intérim est arrivée plus rapidement que prévu, elle n’a pas hésité, elle a plongé. « Je n’ai pas réfléchi longtemps. J’ai compris qu’il était temps de sauter et je ne me suis pas posé trop de questions, j’ai foncé ! J’en suis tellement heureuse! Actuellement, je suis comblée par ces deux métiers et j’y trouve mon parfait équilibre. »

En parlant d’équilibre… Comment fait-elle pour orga- niser son temps entre ses différentes occupations et ses rôles de maman, d’épouse, d’amie et de femme ? Sophie a beaucoup d’énergie, elle s’organise et surtout, elle demande de l’aide. « Les gens me posent souvent la question. Ils ont l’impression que je suis dépassée. Et moi, je leur réponds que j’adore ma vie ! Oui, je suis occupée et je cours, mais ça me convient parfaitement! Je suis jeune et j’ai beaucoup d’énergie alors je ne me pose pas de questions et je le fais ! Plus tard, quand je serai plus âgée, je pourrai m’arrêter, mais pour le moment, je veux vivre et me réaliser à fond ! »

Ambitieuse la belle Sophie ? Non. Pas dans le sens lucratif du terme. Pour elle, l’accomplissement de soi, le dépassement et la réalisation de ses rêves révèlent des convictions profondes. « Hors de tout doute, je sais que je suis à ma place. J’adore ce que je fais et j’y mets tout mon cœur. Concrètement, dans mon travail et ma vie personnelle, je contribue au mieux-être des personnes et, dans cette vision, je me réalise complètement et cela me rend heureuse. Je me sens utile et je veux continuer à l’être le plus longtemps possible. »

Sophie ne se complique pas la vie et sait entretenir le positivisme. Bien sûr, il arrive parfois des creux de vague, mais Sophie ne se laisse pas abattre. « Par le passé, je me torturais à me poser beaucoup trop de questions, avoue-t-elle. Aujourd’hui, avec l’arrivée de Mathis, je n’ai plus le temps. Quand ça ne va pas bien, je prends un moment pour me reconnecter et je continue. Ça passe très vite ! Quelques fois par semaine, je fais du jogging, je vais au cinéma, je lis un bon livre et je rencontre des amis. Ça m’aide à maintenir mon équilibre et ça me redonne l’énergie nécessaire pour continuer. »

Si elle n’avait pas eu Mathis, son fils autiste, et rencontré Charles, l’homme de sa vie, son parcours aurait-il été différent ? « Oui, probablement… Par contre, je crois que la responsabilité revient à chacun. Plusieurs personnes croisent notre route, mais si on ne fait rien avec ces rencontres, ce sera en vain. Tout part de soi! C’est à chacun d’entre nous d’apprendre et à tirer des autres les leçons nécessaires à sa propre vie. Avec mes hommes, j’ai appris et j’ai compris beaucoup de choses, certes, mais je me suis d’abord permis cette éclosion. J’ai accepté de me laisser porter par leur énergie pour évoluer et co-créer avec eux. »

Pour Sophie, l’essentiel se trouve dans les choses les plus simples : sa famille et son travail. « Je dis souvent à la blague que je n’ai pas besoin d’escalader le Kilimandjaro pour trouver le sens de ma vie, dit-elle avec un sourire. Le sens de ma vie, je l’ai trouvé ! C’est de prendre soin des deux hommes de ma vie, de faire en sorte que les comédiens puissent avoir de meilleures conditions de travail, de faire vivre des émotions aux gens par mes différents rôles et de contribuer au mieux-être autour de moi. C’est tout ce qui compte! Quand je serai à quelques minutes de la fin de ma vie, je serai heureuse de pouvoir faire un crochet sur ma liste. »

Entre le travail et la vie privée, la comédie et les affaires, la passion et la raison ainsi que la vie qui décoiffe et la pause qui repose, Sophie réussi à conserver son authenticité et faire preuve d’une grande humilité. « Parfois, je trouve que la société reflète une image un peu égocentrique. Je me considère privilégiée par la vie et il est dans mon devoir de redonner au suivant. »

Pour moi, Sophie, c’est la force tranquille. Tel un phare sur un rocher, elle s’est construit une base solide, mais veille tendrement sur les gens qu’elle aime. Elle ne craint pas les tempêtes puisqu’elle sait puiser en elle la force de se tenir debout. Elle s’illumine au regard de son fils et souhaite aider les gens à trouver le bonheur. Humaniste la belle Sophie ? Oui. C’est le monde de Sophie… tel que je l’avais imaginé.

Merci Sophie.

Plusieurs personnes croisent notre route, mais si on ne fait rien avec ces rencontres, ce sera en vain. Tout part de soi! C’est à chacun d’entre nous d’apprendre et à tirer des autres les leçons nécessaires à sa propre vie.  

Le 28 octobre 2015, Sophie Prégent sera invitée dans le cadre des Soirées Inspiration créées par Les Inspiratrices. Il s’agit d’une communauté de femmes qui ont OSÉ changer leur vie, réaliser leur rêve, traverser une épreuve difficile ou changer leur communauté. Si vous souhaitez la rencontrer, il suffit de réserver vos billets au www.chantaltessier.ca/les-inspiratrices.

Chantal Tessier

Entrepreneure sociale

Coach en développement personnel et professionnel

Conférencière et formatrice

Fondatrice de Les Inspiratrices

www.chantaltessier.ca





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Pour un été étonnant
Ralentir le rythme et observer la nature
Vivre la plénitude
Authentique Krystine St-Laurent
Marie-Ève Janvier - Grandeur nature




PARTENAIRES