Accueil   Recherche   

english


Publié dans Mieux-Être

Le 6 novembre 2015 - 09:37  | Cassandra Poirier, journaliste | Paru dans Mieux-Être Édition 77
Outils

Johanne Fontaine danse avec la vie

Johanne Fontaine danse avec la vie

Johanne Fontaine est une battante. Une survivante. Sa force de caractère est telle qu’elle en est presque contagieuse à son contact. Et même si elle doit à nouveau faire face à une récidive et combattre « ses maudites cellules folles », son courage, sa détermination et sa vitalité sont sans borne. Accro à la vie, rien ne peut l’arrêter. 

Danser avec la vie

Lorsqu’en mars 2010, on lui annonce de façon brutale qu’elle est atteinte d’un cancer du côlon incurable, elle se dit au fond d’elle qu’il n’aurait pas sa peau et elle trouve le courage de se battre pour vivre. Aujourd’hui, elle doit danser avec ce qui semble vouloir s’installer chez elle depuis 5 ans. « C’est comme une maladie chronique, mais ça ne m’empêche pas de travailler. J’ai des projets d’avenir. C’est quelque chose avec quoi il faut vivre. C’est sur que je vieillis, mais je ne suis pas « malade ». Le focus de ma vie n’est pas là-dessus. Je bois de l’eau, du jus vert, je prends mes pilules de chimio, du curcuma… je dois danser avec ça », raconte Johanne avec une certaine sérénité. 

Danser. Créer le mouvement. Voilà ce que cherche à faire Johanne, car c’est certainement pour elle une façon de mieux vivre avec la maladie. Se connecter à son corps prend alors toute son importance. « Parce qu’on est essentiellement un corps physique, c’est sûr qu’on a une spiritualité, mais c’est par le corps qu’on peut créer le mouvement, pas seulement par rapport à la maladie, mais aussi par rapport à l’anxiété ou à l’angoisse. Si on garde la flexibilité avec nos os et nos muscles, le processus de vieillissement ne sera pas le même et on aura beaucoup plus de fluidité dans notre vie, plus d’agilité. La flexibilité, c’est important pour pouvoir faire face à tous les changements et les nouveautés qui peuvent arriver dans la vie, car elle est un perpétuel mouvement… »

Comédienne, animatrice, coach de vie, Johanne Fontaine a tenu à partager son combat avec le public. En 2012, elle écrit Hop la vie !, où on la voit danser sur la couverture et où elle partage ses outils et réflexions pour passer à travers les épreuves. En avril dernier, le documentaire Accro à la vie est diffusé et la met en scène dans toute son authenticité, son humanité et sa force de vivre. Elle ne baisse pas les bras. « C’est trop énorme, trop impressionnant. Je suis une actrice et j’ai essentiellement besoin d’être dans la lumière, raconte-t-elle avec ferveur. Je suis une grande communicatrice, et ma ténacité, ma force intérieure et ma vitalité sont tellement grandes que je n’en ai pas besoin juste pour moi toute seule. Toute cette énergie juste pour moi, c’est trop. Donc je veux vraiment la partager et je vois vraiment l’impact que j’ai sur les gens. Il est très positif et tant mieux. Ça va directement dans ma mission de donner de la joie, de la vitalité. » 

Partager la vitalité 

À 50 ans, Johanne Fontaine décide de retourner sur les bancs d’école. Une décision qu’elle prend alors que son métier de comédienne ne lui suffit plus et que les appels sont font plus rares. « Au lieu de m’écrouler davantage, j’ai rebondi. Dans la vie, il faut rebondir ! De quelle couleur je veux colorer ma vie ? », s’exclame-t-elle. Elle fait donc un cursus en Programmation neurolinguistique, une discipline visant à développer des comportements de réussite et qui ne sera pas sans impacts dans sa lutte contre le cancer. « J’étais un diamant aux mille facettes, et quand tu sors de la PNL, tu es plein de possibilités… Alors oui, ça m’a très certainement servi et aussi à pouvoir continuer à gagner ma vie. » 

Johanne devient alors coach de vie et donne des conférences et ateliers. Quel exemple de force et de détermination donne-t-elle ! « J’aborde beaucoup l’attitude et les choix qu’on a dans la vie. Le matin quand je me lève, je privilégie quoi ? Les saboteurs ou les entités positives et saines que j’ai à l’intérieur de moi ? Je parle de faire une équipe avec soi et je fais danser les gens, aussi », raconte-t-elle. Johanne continue toujours de partager sa force et sa vitalité au public et ce ne sont pas les projets qui manquent. « En ce moment, je suis en train de développer des offres pour les personnes du 2e et 3e âge de même que pour le corporatif. Par exemple, les postures physique et mentale optimales pour le travail, parce que les gens sont de plus en plus stressés et travaillent de plus en plus vite. Il est donc important de bien respirer et d’être dans son corps. » Si la conférencière a un peu pris le dessus sur la comédienne, Johanne Fontaine reste toujours habitée par cette théâtralité qui fait d’elle une grande communicatrice. « C’est sûr que je suis plus du type coach de hockey ! », lance-t-elle en riant.   

À 60 ans, Johanne vit sa vie sans en perdre une goutte et les rêves lui emplissent la tête. « C’est sur que j’aimerais jouer plus, voyager davantage, mais en ce moment mon plus grand rêve est de pouvoir vivre encore longtemps, de faire mes conférences et de pousser ma recherche sur le corps, le squelette, sur la bonne attitude physique et mentale. Comment est-ce que ça peut vraiment devenir un outil très fort ? J’essaie de travailler là-dessus. »

Et pour faire en sorte que son plus grand souhait se réalise, Johanne prend soin d’elle. Elle favorise le mouvement. Elle danse. Elle dessine. Elle écrit. Elle se connecte à son corps par la méditation pleine conscience, par la cohérence cardiaque. Elle vit. « Tout le monde va mourir. Mais on ne vit pas avec cette conscience-là. Sauf que les gens qui ont des diagnostics de cancer comme moi ou comme plein d’autres personnes, on a une espèce de conscience… quelque chose qui rode autour de nous. Et donc ça nous amène a une pulsion de vie énorme. La vie elle continue, tant qu’on n’est pas morte, on est vivante ! » Oui, Johanne Fontaine est vivante, et qu’elle leur donne une bonne raclée à ces « maudites cellules folles » !

Questionnaire Mieux-Être :

Qu’est-ce qui vous passionne le plus en ce moment ? 

Ma recherche sur le squelette, les muscles, les chakras, l’attitude. J’ai l’impression d’avoir 19-20 ans, de sortir du Cegep et de me lancer dans une carrière ! Aller à la rencontre des gens, ça me passionne complètement. J’ai passé trop de temps en convalescence toute seule dans une chambre d’hôpital. Je n’ai plus envie de ça.

Quel est votre truc pour vous énergiser ? 

Faire de la cohérence cardiaque, aller danser ou faire de la musculation. Je m’étire, je détends mon cou, je rentre la bedaine. Ça, c’est mon meilleur truc pour m’énergiser. Avec un grand verre d’eau !

Quelle est votre routine bien-être ? 

Je tente d’en avoir une ! Un bon verre d’eau chaude citronnée avec du vinaigre de cidre. Je fais mon jus vert. Après je fais de la méditation pleine conscience avec un mélange de cohérence cardiaque. Après, la vie, elle se déroule. Et j’ai un petit bol tibétain où je fais « cling… !! » J’écoute le son jusqu’à la fin pour m’enrober et entrer dans mon entité, mon unicité. Et si tu entends ce son-là, c’est que tu es en vie. C’est simple !

Une chose dont vous ne pourriez pas vous passer… 

Mon amoureux, mon fils, mon minet. 

Votre phrase d’inspiration préférée ?

« Votre attitude détermine votre altitude » ou bien, « Ce n’est pas moi qui suis trop, c’est probablement les autres qui ne sont pas assez… » 

Cassandra Poirier, journaliste
Photo: Delisoft, Pier-Luc Delisle





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Pour un été étonnant
Ralentir le rythme et observer la nature
Vivre la plénitude
Authentique Krystine St-Laurent
Marie-Ève Janvier - Grandeur nature




PARTENAIRES