Accueil   Recherche   

english


Publié dans Mieux-Être

Le 26 août 2015 - 11:06  | Par Krystine St-Laurent
Outils

Les Mantras, ces mots qui apaisent le bavardage mental

Les Mantras, ces mots qui apaisent le bavardage mental

 

Avez-vous comme moi l’impression que parfois, vos pensées ont envie de prendre toute la place disponible dans votre tête ? Qu’une pensée n’attend
pas l’autre et tout se succède à un rythme effarant, et ce, plus souvent que vous ne le voudriez entre 2 heures et 3 heures du matin ? La bonne nouvelle est qu’il est possible de renverser la vapeur, nous avons le pouvoir d’apprendre à cultiver une paix d’esprit et un apaisement de la turbulence émotionnelle reliée aux pensées. 

Que serait une symphonie de musique sans silence entre les notes ? Probablement une cacophonie disgracieuse tels un long bruit interminable et tout le contraire d’agréable, n’est-ce pas ? 

De fait, c’est grâce aux silences insérés entre chacune des notes que la mélodie prend forme, et ce sont ces silences qui font apprécier la grandeur et la profondeur de l’union de chacune des notes des instruments.

La même chose se produit dans le corps humain et dans la nature : entre chaque battement cardiaque, il y a une pause. Entre chaque respiration, il y a une pause. Idem pour le réflexe de clignements des yeux. Entre l’automne et le printemps, il y a l’hiver, qui fait office de pause pour les végétaux, graines et certains animaux qui refont leur énergie en attendant la prochaine saison de chaleur. 

Nous avons tous besoin d’une pause pour refaire le plein ; c’est une loi de la nature. Le contenant doit être vidé pour refaire le plein et c’est la même chose avec notre mental. 

Ceux qui sont familiers avec l’analogie du Hamster peuvent s’identifier à ce hamster super entraîné responsable du bavardage mental qui roule d’une pensée à l’autre sans arrêt et nous fait vivre une série d’émotions vers le haut, et trop souvent vers le bas.

Nous avons entre 60 000 et 80 000 pensées qui nous traversent la tête par jour. Il y a de quoi être mentalement essoufflé ! Le corps réagit à ces pensées comme si elles étaient réalité : je dois payer ma carte de crédit. Je dois faire une brassée de lavage. Oh, comme c’est beau cette couleur! J’ai peur de ne pas arriver à temps. Je n’aurais pas dû répondre aussi sec... Est-ce que j’ai bien fait de manger ce repas ?

Dans son ouvrage classique Yogas Sutras, Patanjali décrit le yoga comme « l’apaisement progressif des fluctuations de l’esprit. » Il explique que par la pratique de la méditation, nous cessons progressivement de nous identifier à nos pensées, sentiments et sensations que procurent ces pensées et nous nous ouvrons doucement à notre essence profonde, cette connexion intérieure qu’on appelle souvent le vrai Soi ; notre essence.

Selon la médecine ancestrale Ayurvedique (Ayurveda), chaque pensée négative génère un débalancement. Il faut donc prendre conscience de ce qui nous passe par la tête et petit à petit, ralentir le flot de pensées. 

Comment donc insérer des pauses ou des silences entre les pensées ?

Par l’usage de la méditation et par l’utilisation d’outils ancestraux, comme les mantras. 

Si vous avez déjà entendu le son « OM », vous avez déjà entendu un mantra !

Le mot Mantra provient de la racine de deux mots sanskrits : Man qui signifie Mind (esprit en anglais) et Tra qui veut dire train, ou véhicule. Donc, simplifié, un mantra est un train ou véhicule pour le mental ou l’esprit. Ce qui veut dire que consciemment, nous choisissons un mot ou une phrase et nous la répétons sans arrêt pendant un temps défini. Le yoga nous enseigne qu’une des façons les plus efficaces d’apaiser l’esprit pour enfin arriver au silence, il doit être préalablement concentré tel un pointeur laser. Donc, le mantra agit comme un catalyseur de pensées pour ensuite, nous permettre d’entrer dans le silence plus aisément. 

Typiquement, un mantra peut être un son, une vibration, un mot, ou une phrase. Certains sons ne peuvent être traduits dans un sens littéral, mais ont le pouvoir de créer une croissance ou une expansion chez l’homme aux niveaux physique, émotionnel et spirituel. Tels une musique inspirante, le son des tam-tams ou des bols tibétains, le mantra renferme sa vibration qui lui est propre. Ces vibrations sont répétées depuis des millénaires et font partie de la bibliothèque mémoire de l’humanité.

exemples de mantras

So Hum

Ahum Brahmasmi

Sat Chit Ananda

Om Shanti Om

Exercice

Choisissons le mantra So Hum, par exemple. On répète So à l’inspiration, et hum à l’expiration. So à l’inspiration, hum à l’expiration. Et on répète ce cycle plusieurs fois pendant une période de 15 mi-nutes. Si nous réalisons que nous sommes à penser à sortir le recyclage ou bien que nous devons aller faire l’épicerie, nous ramenons doucement notre pensée vers la répétition du mantra : So Hum.

Introduire dans ce flot de pensées incessantes une phrase ou une série de mots n’ayant pas de signification proprement dite crée une pause dans ce processus turbulent et permet de commencer à cultiver le lien de transformation du mental vers le spirituel ; notre source profonde.

Lorsque nous méditons de façon régulière, aussi peu que
15 minutes par jour, notre physiologie change graduellement et s’éloigne de ce côté réactif de lutte ou de fuite qui a servi à l’humain pour assurer sa survie au cours de son évolution.

Les hormones relâchées pendant une séance de méditation vont contrebalancer les effets des hormones de stress en : 

• réduisant le rythme cardiaque et la pression artérielle 

• réduisant la production des hormones de stress (cortisol et autres)

• augmentant la force du système immunitaire
(défense contre les infections)

• favorisant une meilleure digestion 

• réduisant l’anxiété 

• apaisant le bavardage mental 

La beauté de tout cela, c’est que ces effets bénéfiques continuent après la méditation. Et plus nous méditons, plus nous instaurons un changement profond dans notre corps physique et mental. 

Nous n’apprenons pas, pour l’instant, à cultiver cet état de paix intérieure et de nourriture pour le cœur lorsque nous sommes enfants. Pourtant, si on nous enseignait à développer une intelligence émotionnelle et à devenir de moins en moins réactifs dès notre enfance, imaginez ce que nous pourrions créer comme collectivité !

Mon rêve est qu’un jour, nous apprenions aux enfants à méditer, ne serait-ce qu’un 5 minutes par jour pour déposer l’intention de ce qu’ils ont envie de créer dans leur journée, dans leur semaine et dans leur vie, et ainsi, leur permettre à eux aussi d’être de moins en moins réactifs et à se brancher à leur vérité et source profondes dès le départ. Au lieu d’attendre 40 ou 50 ans avant de se retrouver… Bonne santé et bonne vitalité ! Namasté !

Krystine St-Laurent

Conférencière, auteure, chroniqueuse et coach en Santé-Vitalité-Ayurveda

www.inspiratanature.com





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

L'Inde du Nord - Ressourcement au cœur du sacré
Nourrir nos sens et notre essence
Josée di Stasio - Le bonheur est dans l'assiette
Adapter vos smoothies à la saison froide
Yin ou Yang?




PARTENAIRES