Accueil   Recherche   

english


Publié dans Mieux-Être

Le 23 avril 2014 - 09:50  | Par Michèle Rhéaume
Outils

Voyager autrement

Voyager autrement

Si vous êtes comme moi, les voyages à l’étranger vous font rêver. Nous ne sommes pas seuls; selon l’Organisation Mondiale du Tourisme, tous les ans, plus d’un milliard de touristes voyagent. Ces chiffres augmentent d’année en année, tout comme le nombre de nouvelles destinations jusque là inconnues qui s’ouvrent au tourisme et misent sur cette industrie pour contribuer à leur développement socioéconomique et créer des emplois. 

Malheureusement, bien qu’il puisse être porteur d’importantes retombées positives pour un pays, le tourisme de masse tel qu’on le connaît actuellement peut aussi amener son lot de conséquences négatives sur l’équilibre social et environnemental. 


De plus en plus aguerris et informés, de nombreux voyageurs s’intéressent aux diverses formes de tourisme alternatif, afin de pouvoir vivre une expérience particulièrement authentique qui correspond aussi aux valeurs qui leur importent lorsqu’ils sont à la maison. Bonne nouvelle pour ces voyageurs; le tourisme responsable est l’un des secteurs du voyage qui connaissent la plus forte croissance à l’heure actuelle. 

Qu’est-ce que le tourisme responsable?
Une façon simple d’expliquer le tourisme responsable est que celui-ci allie la préservation des ressources naturelles, la contribution à l’économie locale ainsi que la promotion du bien-être et de la culture des populations locales. Ainsi, le but d’un voyage responsable est de vivre une rencontre authentique, un échange avec la population locale tout en minimisant sa trace. 

Malheureusement, de nombreux mythes circulent à propos de ce type de voyages; en voici quelques-uns:
Mythe #1: Un voyage responsable, ce n’est pas des vacances!
Réalité: Outre pour l’écovolontariat, où vous combinez une portion bénévolat à votre voyage, un voyage responsable n’est pas différent d’un voyage régulier en ce sens où vous pouvez faire tout ce qui vous intéresse, que ce soit relaxer, faire du sport, partir à l’aventure, découvrir la faune, la flore, la culture locale, etc. 

Mythe #2: Si je fais du tourisme responsable, je devrai sacrifier mon confort.
Réalité: Vous n’avez pas à sacrifier votre confort et surtout pas votre sécurité lorsque vous choisissez de voyager de façon responsable. Les établissements qui prônent l’éco-responsabilité se retrouvent dans toutes les régions du monde et offrent diverses options allant du camping jusqu’au grand luxe. 

Mythe #3: Un voyage responsable est nécessairement coûteux
Réalité: La grande variété d’options d’hébergement, d’activités et de transport rend possible l’organisation d’un voyage responsable pour divers types de budget. Gardez en tête qu’il faut comparer ce qui est comparable: une expérience de tourisme responsable est fort différente d’un forfait de type tout inclus dans le sud, que ce soit au niveau des composantes que de l’expérience. Rappelez-vous entre autres qu’un voyage responsable vous offre une certaine garantie que les divers acteurs impliqués, dont le personnel que vous aurez le plaisir de côtoyer à destination, bénéficieront d’un salaire juste et de conditions de travail raisonnables. 

Pour planifier un voyage responsable
Il existe des sites internet francophones intéressants sur le tourisme responsable, tels que le blogue des guides Ulysse (http://blogues.guidesulysse.com/tourisme-responsable) ainsi que le magazine Écotourisme (http://www.ecotourisme-magazine.com). De plus, certaines maisons d’édition ont conçu des guides de voyages entièrement consacrés au tourisme responsable. Je vous conseille tout particulièrement le Guide de l’écotourisme aux éditions du Petit Futé ainsi que le collectif Partir autrement à la rencontre du monde aux éditions Guides de voyage Ulysse. Les guides Lonely Planet, quant à eux, comprennent parfois un «index vert» des fournisseurs éco-responsables; c’est le cas entre autres pour les plus récentes éditions anglophones des guides sur l’Australie et sur certains pays d’Afrique. 

Évidemment, les agences de voyages qui font du tourisme responsable leur spécialité représentent une ressource d’expertise non négligeable sur le sujet. Leurs services peuvent vous permettre de sauver beaucoup de temps tout en recueillant une foule d’informations fort pertinentes. De plus, en faisant affaire avec une agence détentrice d’un permis de l’Office de la protection du consommateur, vous aurez la tranquillité d’esprit de savoir que votre voyage est protégé. 

Peu importe que vous décidiez d’organiser votre voyage vous-même ou de faire appel à une agence, il est crucial de s’assurer du sérieux des fournisseurs avec qui vous faites affaire. Des termes tels que «vert», «durable», «responsable» et «écotourisme» sont souvent utilisés à tort comme stratégie de vente. N’hésitez donc pas à poser des questions sur les origines, la démarche et les partenariats de l’entreprise. Une visite sur le site internet de cette dernière peut aussi vous aider à y voir plus clair: voyez si ce dernier contient une section «environnement» ou «développement durable» et recherchez des engagements clairs. 

De petits trucs
Pour terminer, voici quelques-uns des nombreux trucs pour être un voyageur plus responsable:
- Assurez-vous de faire des achats responsables: évitez les produits dérivés d’espèces animales ou végétales menacées et privilégiez l’artisanat local;
- Lorsque vous observez les animaux sauvages dans leur habitat naturel, gardez une certaine distance et ne tentez pas de les nourrir;
- Limitez votre consommation d’eau potable; dans de nombreux pays étrangers, les ressources en eau sont très limitées;
- Privilégiez les déplacements à pied, à vélo ou en train;
- Une fois à destination, prenez le temps de découvrir la région que vous visitez au lieu de vous déplacer à de nombreuses reprises; votre intégration à la vie locale n’en sera que meilleure;
- Compensez les émissions de gaz à effet de serre de votre transport aérien via un programme tel que Planétair. 


Bibliographie
Organisation mondiale tourisme (http://www2.unwto.org/fr)
Chaire de tourisme Transat UQAM (http://chairedetourisme.uqam.ca)
Organisme Agir pour un tourisme responsable (http://www.tourisme-responsable.org)

Michèle Rhéaume détient une maîtrise en Sciences de l’Environnement, un certificat de ­conseillère en voyages et est fondatrice de l’agence Voyages Gaïa qui se spécialise en tourisme responsable.
Voyages Gaïa
1-855-326-4242
info@voyagesgaia.com

 





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Johanne Gagnon - Passionnée de nature
L'humain et les cycles de la nature
Le yoga, une thérapie complémentaire
Le yoga qui guérit
Chantal Lacroix, véritable porte-bonheur




PARTENAIRES