Accueil   Recherche   

english


Publié dans Mieux-Être

Le 15 janvier 2014 - 15:13
Outils

Petit traité sur le 
traitement 
contre la 
cellulite

Petit traité sur le 
traitement 
contre la 
cellulite

Que l’on soit filiforme ou bien enrobée, jeune ou moins jeune, nous partageons toutes à divers degrés une hantise de la cellulite, cette vilaine peau d’orange qui rend disgracieux ventre, cuisses, fesses et hanches, mais aussi haut des bras, arrière des genoux et jambes. Qui est affecté par la cellulite? Peut-on la traiter? Comment?

 

Face à la cellulite, nous ne sommes pas égaux, mais toutes égales…
Les femmes sont beaucoup plus vulnérables que les hommes. Notre peau est plus fine, notre corps recèle deux fois plus de cellules adipeuses, nos hormones stimulent plus de graisse, et la structure physiologique de notre tissu graisseux sous-cutané est différente et plus propice au développement de la cellulite. C’est une question essentiellement esthétique et féminine qui ne fait guère de discrimination, car elle n’est pas associée au poids ni à l’âge. Tout cela explique que la cellulite atteint 9 femmes sur 10 et 1 homme sur 50. Signalons tout de même qu’un surplus de poids peut dénoter un problème circulatoire qui génère aussi la cellulite et la perte de tonus d’une peau vieillissante en accentue l’apparence. 

Qu’est-ce que la cellulite?
La cellulite, plus savamment appelée «panniculopathie œdémato-fibrosclérotique» (PEFS) ou lipodystrophie superficielle, désigne une accumulation de cellules graisseuses amassées dans des poches de collagène sous la peau qui compriment les vaisseaux sanguins et lymphatiques chargés de drainer les toxines et excès d’eau, donnant à la peau un aspect capitonné. Le tissu adipeux devient plus volumineux, soit par le grossissement ou par la multiplication des cellules de graisse, causant une congestion qui entraîne une rétention de l’eau et des fluides intercellulaires, une dégénérescence des fibres de collagène et un engorgement des déchets métaboliques.

Il faut savoir que la cellulite dont il est question ici ne doit pas être confondue avec une pathologie du même nom qui désigne une inflammation grave d’origine infectieuse du tissu sous-cutané. 

À quoi attribue-t-on l’apparition de la cellulite?
Plusieurs facteurs contribuent à l’apparition de la cellulite:
1. Génétique/prédisposition héréditaire.
2. Hormonal: puberté, grossesse, allaitement, ménopause (tout changement hormonal en favorise l’apparition).
3. Vasculaire: problèmes de circulation du sang et des lymphes (varices, etc.).
4. Hygiène de vie: tabagisme, manque d’exercice et alimentation non -équilibrée sont des facteurs aggravants.

 

Les trois différents types de cellulite
La cellulite de type 1 ou cellulite aqueuse
À peine visibles en position assise ou debout, les capitons apparaissent quand on pince la peau. Ce type de cellulite peut se traduire par un effet de lourdeur dans les jambes et serait en général lié à un problème de circulation, donc de rétention d’eau. C’est la cellulite des personnes minces.

La cellulite de type 2 ou cellulite adipeuse 
Visible en position debout et légèrement douloureuse au pincement, la cellulite apparaît sous une peau flasque, mais épaisse. Ce type de cellulite serait attribuable à l’augmentation du volume des cellules graisseuses.

La cellulite de type 3 ou cellulite fibreuse
Installée plus en profondeur, cette cellulite rend la région affectée sensible et douloureuse au pincement; la peau est dure et dense au toucher et affligée parfois de nodules (boules). Elle est due à une fibrose des tissus.

Problème esthétique, solution esthétique
La cellulite ne se supprime pas, mais on peut en atténuer considérablement l’aspect. Parmi les traitements non chirurgicaux proposés, voici les options sans hospitalisation, anesthésie générale, injections, ni autres actes invasifs. 

Le drainage lymphatique mécanique 
Parfois appelé «lipomassage» ou «endermologie» (terme commercial breveté associé à une marque d’appareil), il s’agit d’un massage qui reproduit mécaniquement l’action de «palper-rouler» employée par les kinésithérapeutes ou massothérapeutes principalement pour stimuler la circulation sanguine et lymphatique et raffermir les tissus.

La lipolyse non invasive
Cette méthode permet de traiter plus en profondeur les trois types de cellulite et tous les types de peaux. Elle déloge les graisses notamment en activant, par l’effet de chaleur, le métabolisme des cellules graisseuses pour en diminuer la quantité et la grosseur, affiner la cellulite et en atténuer l’apparence tout en raffermissant la peau. Différentes technologies sont appliquées:
- Lumière infrarouge qui chauffe les tissus de l’épiderme jusqu’au derme profond. 
- Ondes de radiofréquence unipolaires ou bipolaires qui permettent à la lumière de mieux pénétrer.
- Manipulation mécanique par rouleaux (pétrissage «palper-rouler») qui stimule le drainage lymphatique et la circulation sanguine tout en contribuant à réduire le volume des cellules graisseuses et à raffermir le derme.
- Succion qui dilate les vaisseaux et augmente le débit sanguin, accélérant l’efficacité des autres actions combinées.

Certains appareils de lipolyse non invasive combinent de façon particulièrement efficace et rapide ces quatre éléments, offrant un traitement intégré et éprouvé. Ces appareils de première qualité permettent d’ajuster chacun des paramètres de ces différentes techniques de manière indépendante afin d’assurer un traitement personnalisé et optimal en fonction des effets recherchés et de la cellulite à traiter.

Le traitement est sécuritaire, légèrement inconfortable et les effets secondaires sont très rares (peut causer des rougeurs, des ecchymoses ou de faibles douleurs). Les contre-indications sont: grossesse ou allaitement, stimulateur cardiaque ou défibrillateur, implant métallique ou autre, maladies photosensibles ou immunodépressives ou traitements immunosuppresseurs.

En règle générale, la lipolyse non invasive demande un traitement initial de 10 séances à raison d’une par semaine. Les effets sont souvent visibles dès la 4e ou la 5e séance. Après le traitement initial, des séances d’entretien sont recommandées tous les 3 ou 6 mois ou selon le métabolisme. Le prix pour un traitement de lipolyse non invasive varie sur le marché entre 110$ et 300$ par séance (selon la zone traitée). 

Notons qu’il existe d’autres traitements de lipolyse qui sont non chirurgicaux, mais invasifs. Ceux utilisant des agents physiques injectables ne sont pas homologués par Santé Canada et sont maintenant interdits dans certains pays comme la France, tandis que la lipolyse sans aspiration par voie transcutanée requiert une incision pour insérer une fibre laser sous la peau et son utilisation fait l’objet de controverses. Quant à la lipolyse avec aspiration, elle constitue un acte chirurgical à part entière.

En définitive, traiter la cellulite est souhaitable pour corriger l’aspect esthétique, mais aussi pour procurer des effets physiologiques notables comme le soulagement de douleurs vasculaires ou parfois musculaires. La règle d’or s’applique ici comme pour tous les soins médico-esthétiques: s’enquérir des technologies employées, de la qualité de l’appareil utilisé ainsi que de la réputation de la clinique avant d’arrêter son choix.


Merci à epiderma • www.epiderma.ca

 





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Johanne Gagnon - Passionnée de nature
L'humain et les cycles de la nature
Le yoga, une thérapie complémentaire
Le yoga qui guérit
Chantal Lacroix, véritable porte-bonheur




PARTENAIRES