Accueil   Recherche   

english


Publié dans Mieux-Être

Le 15 janvier 2014 - 13:09  | Par Cassandra Poirier | Photos: Benoît Camirand
Outils

Danièle Henkel - Ode aux femmes

Danièle Henkel - Ode aux femmes

C’est dans le rôle de la Dragonne que nous l’avons véritablement découverte. Une femme de caractère qui s’affirme comme telle, mais également une femme d’une grande sensibilité, d’une grande chaleur. Lorsqu’elle parle, on l’écoute avec attention, en s’abreuvant de chacune de ses paroles qui résonnent comme une leçon de courage. Rencontre avec une Danièle Henkel, une femme dans toute sa féminité.

 

 

 

 

C'est sur nos écrans de télévision que nous avons découvert la femme derrière les Entreprises Danièle Henkel. Elle nous a séduits dans le rôle de la Dragonne sur la chaine de Radio-Canada et a su faire sa place dans le cœur des Québécois. Le monde du show-business lui était pourtant inconnu avant de faire ses premiers pas dans l’émission Dans l’œil du Dragon. «J’ai passé ma vie dans mon monde, à bâtir quelque chose pour moi et mes enfants et ce monde du show-business n’était pas le mien. Mais lorsque j’ai appris que j’étais prise comme la dragonne, j’ai dit pincer moi quelqu’un», raconte Danièle Henkel enthousiaste. L’émission est arrivée à point nommé selon la femme d’affaires qui déplore le climat pessimiste qui s’est installé autour du monde de l’entrepreneuriat ces dernières années. «C’est vrai que depuis ces dernières années, être entrepreneur était perçu comme une tare. On parle beaucoup d’argent, de collusion et de corruption. L’émission est arrivée ici avec le but de donner une nouvelle perspective et probablement de relancer un peu l’idée de l’entrepreneuriat au Québec», raconte Danièle. 

Après avoir participé au processus de sélection pour faire partie du jury, Danièle Henkel a séduit en cassant l’image que l’on peut se faire de la femme d’affaires. «Pour moi, la femme est féminine. Elle représente la beauté et la mode. Je ne vois pas pourquoi je devrais ressembler à un homme, toujours cintrée, serrée, dans le gris ou le brun foncé. Je refuse et je pense qu’ils ont aimé que je m’affirme en tant que femme», explique-t-elle avec détermination. Mais plus qu’une histoire d’apparence, Danièle a su prendre sa place, entourée de ses dragons, et parler avec sens, logique, et surtout avec cette humanité qui la caractérise si bien. 

Si l’émission lui a apporté une nouvelle notoriété, elle a dû s’y adapter et c’est en puisant au plus profond d’elle même qu’elle a su y faire face. Cette ressource, c’est l’authenticité. «Reste qui tu es, tu ne te tromperas jamais! C’est ma devise et c’est le seul conseil que je donne à qui que ce soit, qui se lance dans quoi que ce soit» me répond-elle. 

La force d’une entreprise
C’est aussi grâce à la détermination et la force de caractère d’une femme pourtant aussi très sensible que son entreprise en est là aujourd’hui. «Je sais d’emblée qu’on ne bâtit rien en un seul jour. Ça se fait petit à petit, pierre par pierre, pas à pas. Quelquefois, on va monter des pierres et elles vont s’effondrer. Il va falloir recommencer. Mais il ne faut pas désespérer non plus, il ne faut pas lâcher, il faut être convaincu», raconte Danièle.  

Pour retourner au début de la grande aventure de Danièle Henkel dans le monde de l’entrepreneuriat, il faut remonter au milieu des années 1990. C’est à ce moment que la femme d’affaires travaille à la commercialisation de son tout premier produit, le fameux gant Renaissance. Sans le savoir, ce fut le véritable point de départ des Entreprises Danièle Henkel. «Dans ma tête, quand j’ai commencé avec le gant Renaissance, ça s’arrêtait là. Mais tranquillement, mes clients se sont mis à me demander “avez vous autre chose?”. Il a donc fallu que j’amène quelque chose de complémentaire, mais d’aussi beau pour que je respecte ces notions que j’ai toujours voulu garder, soit l’excellence, la science, et le résultat», explique Danièle. Trois mots qui l’auront tranquillement menée au succès et qui auront fait de son nom une marque de confiance pour les consommateurs. 

Avec les années, Danièle Henkel aura fait de l’industrie du bien-être son monde bien à elle avec sa vision bien précise: la prévention par le non invasif, le non chirurgical, et par une prise en charge globale. «On ne tue pas les cellules, on ne les fait pas exploser, explique Danièle. Je prône le non-douleur, car j’ai aussi appris que le corps ne veut pas qu’on lui fasse mal. Il va réagir et proagir.» Cette prise en charge globale passe donc par une utilisation de produits et de méthodes douces prouvés comme étant bénéfiques pour corps et la santé. Selon Danièle Henkel, la stimulation mécanique reste l’un des moyens les plus surs et efficaces pour combattre les signes de l’âge et surtout pour se sentir bien. «Comme la gymnastique musculaire, on a proposé une gymnastique des tissus, donc de la peau. On la travaille, on lui fait faire du sport et on va raviver les cellules, les régénérer.»

Constamment, la femme d’affaires s’efforce de recueillir le plus d’information possible dans le domaine médical et scientifique. Et pour rester à l’affut de ce qui se fait de mieux, Danièle Henkel n’hésite pas à parcourir le monde: France, Italie et récemment Hong Kong où se tenait le congrès médico-esthétique le plus important au monde. «Il faut avoir une responsabilité de citoyen et proposer des produits qui ont un bien-être réel et prouvé scientifiquement. Ça, c’est ma force! J’ai fait le choix de ne pas vendre des produits juste pour vendre des produits, comme dans un marché aux puces.»

Pour l’amour des femmes
Si aujourd’hui les Entreprises Danièle Henkel connaissent autant de succès, c’est sans doute en partie grâce à l’immense amour que la fondatrice porte aux femmes. «Je me considère femme. J’adore la femme et j’en suis très respectueuse. C’est un être qui est d’une sensibilité époustouflante. C’est un être d’amour, de don de soi, et qui trop souvent oublie de penser à elle. C’est un être complet, un être unique au monde qui est capable de donner la vie. Et moi aussi, j’ai donné la vie et j’ai eu conscience à quel point le corps d’une femme, c’est sacré.» 

L’industrie du bien-être et des cosmétiques est évidemment florissante à une époque où les standards de la société sont de plus en plus élevés. Rester jeune, rester belle; tel est le message qui est véhiculé. Une pression sociale à laquelle Danièle Henkel sait répondre: «J’aimerais rappeler quelque chose en particulier aux femmes, car elles sont les premières à vouloir tout essayer: on n’arrêtera pas le temps, on l’arrêtera jamais.» Accepter son âge, mieux comprendre le fonctionnement de son métabolisme et trouver le traitement qui nous correspond; voilà la clé pour rester en santé, belle et bien dans sa peau. «Je dis toujours aux gens d’arrêter d’accepter qu’on vous dise que c’est miraculeux. Il n’y a rien de miraculeux. Documentez-vous. Ayez cette curiosité personnelle. C’est votre corps, vous en êtes responsable et ce qui fonctionne pour l’une, ne sera pas forcément adapté pour l’autre.»

À travers son entreprise, à travers son rôle de Dragonne, à travers sa biographie Danièle Henkel: jamais sans ma mère, la femme d’affaires accomplie rend hommage à sa mère qui reste omniprésente auprès d'elle, mais aussi à toutes ces autres femmes. «J’ai décidé de mener un combat où je peux glorifier et rendre hommage à ma maman, mais aussi à toutes les femmes. J’ai donc choisi un chemin de droiture, d’authenticité. Cette force, je la puise à chaque fois que j’ai réussi à me relever quand on m’a mis à genou. Je n’arrête pas de rappeler aux femmes, on est belle dans nos émotions, belle en tant que femme. On est comme on est. Arrêtons de vouloir être autre chose. Acceptons-nous avec nos hauts et nos bas, avec nos larmes et nos rires, avec nos joies et nos peines. Parce qu’on est des femmes, ça ne fait pas de nous des êtres faibles ni inférieurs. Les plus grandes choses ont été faites par des femmes, les plus courageuses.» 

 





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Johanne Gagnon - Passionnée de nature
L'humain et les cycles de la nature
Le yoga, une thérapie complémentaire
Le yoga qui guérit
Chantal Lacroix, véritable porte-bonheur




PARTENAIRES