Accueil   Recherche   

english


Auto

Le 16 septembre 2013 - 13:50  | Par:le Guide de l'auto
, Photos:Jaguar Canada
Outils

Jaguar F-Type: La voiture destinée à sauver la marque

Jaguar F-Type: La voiture destinée à sauver la marque

Chez ce constructeur britannique devenu la propriété du conglomérat indien Tata, un curieux phénomène est en train de se produire. En effet, pendant des décennies, malgré leur fiabilité atroce et des éléments mécaniques souvent incongrus, cette marque se débrouillait pas trop mal sur le marché des voitures de luxe. Semble-t-il, les clients continuaient de supporter la marque en raison de son passé glorieux. Au fil des dernières années, la gamme de modèles a été complètement modernisée aussi bien au chapitre du design que de la mécanique. Mieux encore, le manque de fiabilité chronique a cédé sa place à des voitures qui peuvent nous rendre à destination sans incident mécanique.

 

 

Ces améliorations devraient logiquement amener une hausse significative des ventes, compte tenu de la qualité des nouveaux véhicules. Malheureusement, les clients ne sont pas au rendez-vous. Il semble qu’on ne s’y retrouve plus avec ces nouveaux modèles.

Le prestige d’antan s’est dissous au fur et à mesure que la qualité s’améliorait. La logique des consommateurs est parfois difficile à suivre. Cependant, tout porte à croire que l’arrivée du cabriolet F-Type va renverser la situation.

Enfin un réveil
Ce nouveau modèle est le premier en plus de quatre décennies à être le digne successeur de la légendaire E-Type, une voiture qui figure toujours parmi les plus jolies dans l’histoire de l’automobile et qui est même exhibée au MOMA de New York. Son élégance et ses performances en piste en ont fait une légende qui a perduré jusqu’à nos jours. Mais l’arrivée du F-Type vient prendre la relève. Lors de son dévoilement en première mondiale au Salon de l’auto de Paris, ce cabriolet a été la vedette de l’événement. Puis, en avril dernier, au Salon de l’auto de New York, elle était déclarée la plus belle voiture au monde. Le secret de son élégance réside dans sa grille de calandre ovale qui est une version modernisée de la section avant de la légendaire E-Type. Les prises d’air latérales lui donnent un air agressif tandis que l’on retrouve sous la grille de calandre une prise d’air horizontale dont la partie inférieure sert également de déflecteur. Des orifices de ventilation sur le capot et des extracteurs d’air sous chaque aile avant sont des petits détails qui relèvent la présentation générale. Soulignons au passage l’élégance des jantes en alliage qui combinent l’ancien et le moderne. Les passages de roues arrière en relief sont juste assez importants pour donner du caractère à l’ensemble. À l’arrière, deux éléments nous sautent aux yeux, les feux horizontaux très étroits et cet imposant extracteur d’air incorporant en ses extrémités des échappements doubles.

Cette silhouette est élégante et athlétique à la fois, on a vraiment l’impression d’un félin prêt à bondir. L’habitacle est accueillant. Mais la « Belle Époque » des Jaguars offrant des appliques en bois à gogo est terminée. Cette fois, la présentation est sobre, moderne et très fonctionnelle. L’écran d’information et de navigation est très grand et de consultation facile. Un bouton orange permet de lancer le moteur tandis que la commande de mode de lancement -dynamique est inspirée d’une manette du chasseur britannique Typhoon. Oubliez la bucolique image d’une balade au volant de ce modèle habillé d’un veston sport en tweed, d’une cravate Ascot et d’une casquette, en tweed également. Cette voiture est romantique d’une certaine manière, mais elle cible surtout la performance.

Direction l’avenir
Il n’y a pas si longtemps, conduire une Jaguar était en partie un retour vers le passé. Bien que tentant d’être très moderne, chacun de ces modèles possédait une petite touche rétro, notamment en fait de mécanique. Ce n’est absolument pas le cas de ce modèle qui, non seulement, propose une carrosserie fabriquée en grande partie en aluminium, mais qui fait appel à des composantes mécaniques de la toute dernière génération. Et rassurez-vous, si les Britanniques ont eu de la difficulté avec les systèmes électriques de leur voiture, il semble que l’électronique soit davantage dans leurs cordes et d’une fiabilité plus rassurante.

Trois moteurs sont au catalogue et tous font usage de la suralimentation. Sur la version de base, la voiture est propulsée par un V6 3,0 litres produisant 340 chevaux. Optez pour la version S et la voiture est équipée du même moteur, mais cette fois il produit 40 chevaux de plus. Ce surplus de puissance est la résultante de contrôles électroniques différents. Enfin, si vous êtes du genre à vous procurer ce qu’il y a de plus puissant, un modèle à moteur V8 5,0 litres de 495 chevaux devrait vous plaire. À son volant, le 0-100 km/h se boucle en 4,3 secondes. Mais il ne faut pas décrier le modèle de base pour autant, car il réussit l’exercice en une seconde de plus, le temps d’un battement de cils ou presque. Tous ces moteurs sont offerts avec une boîte automatique à huit rapports appelée Quick Shift par Jaguar. Celle-ci est de type manumatique et la sélection s’effectue à l’aide d’une manette, et non pas d’un gros bouton comme sur les berlines.

Finissons ce tour de la mécanique en soulignant que la direction est à assistance hydraulique, se faisant ce constructeur résiste à la tendance forte qui fait appel à une assistance électrique sur pratiquement tous les nouveaux modèles.

Un différentiel à glissement limité est de série sur les modèles à moteur V6 tandis que celui propulsé par le V8 est à commande active. Celle-ci a recours à un moteur électrique qui agit sur un embrayage multidisque pour gérer le couple imprimé à chacune des roues arrière. La commande électronique intégrale du verrouillage de différentiel arrière permet au système d’appliquer un couple bloquant presque instantanément. Ceci a pour effet de limiter le patinage des roues, maximiser la traction et offrir des niveaux de contrôle encore plus importants.

Le chat sort ses griffes
Par le passé, ce constructeur nous a fait saliver à l’annonce de modèles qui étaient aussi élégants que puissants. Sur papier, c’était réjouissant. Malheureusement, le manque d’homogénéité de ces modèles a souvent fait déchanter. Pour dévoiler son nouveau modèle, Jaguar a permis à plusieurs journalistes de prendre le volant soit sur les routes britanniques en avant-avant-première et sur les routes espagnoles pour le lancement officiel. Les avis sont unanimes, cette voiture est une merveille à conduire. La plate-forme est ultra rigide et même sur des routes espagnoles en excellent état, les suspensions ont été jugées fermes. Souhaitons qu’au Québec, ce soit plus convivial à ce chapitre. Parmi les autres critiques mineures, la direction est qualifiée de précise, mais son feed-back n’est pas le point fort de la voiture. Et peu importe le moteur choisi, le système d’échappement actif assure une performance optimisée et une sonorité en mesure de plaire aux amateurs du genre.

Plusieurs observateurs ont souligné que cette voiture pourrait assurer la survie de ce constructeur. Malgré toute leur qualité et leur élégance, les autres modèles de la gamme semblent avoir de la difficulté à convaincre les acheteurs. La F-Type est ce genre de véhicules dont l’aura et le prestige devraient  permettre à la marque de remonter dans l’estime des acheteurs. Vous savez, la personne qui s’achète une Jaguar XF parce que ce modèle provient du même constructeur qui produit la F-Type.

 





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Lance Stroll - Le talent avant l'argent
Les lauréats de 2017 Nactoy
Peter Schreyer
Infiniti dévoile un moteur à compression variable
Un salon entre deux chaises




PARTENAIRES