Accueil   Recherche   

english


Publié dans Mieux-Être

Le 15 avril 2013 - 13:17  | Par Julie Niquette | Chroniqueuse littéraire
Outils

La fin, c'est parfois le début…

La fin, c'est parfois le début…

On dit que la mort fait partie de la vie. Malgré la véracité de cette affirmation, la perte d’un être cher demeure l’une des étapes les plus difficiles à franchir chez un être humain. La route est, la plupart du temps, parsemée de souffrance, de douleur et d’embûches avant d’atteindre le stade de la sérénité et de l’acceptation. Devant cette réalité douloureuse et accablante, comment pouvons-nous tout de même soutenir la personne en fin de vie? Il est légitime de se demander si nous sommes suffisamment outillés pour la guider dans cette étape finale. Afin de faciliter l’accompagnement, équiper et entourer l’aidant devient vital aussi. Cela rend l’expérience plus positive et plus riche pour les deux parties, malgré l’immense chagrin impossible à nier. L’Accompagnement d’un être cher en fin de vie et dans l’après-vie remplit justement ces objectifs.

 

L’inévitable
L’histoire de Catherine Poirier, l’une des auteures, et de son conjoint Roch maintenant décédé, est à l’origine de l’écriture de ce livre. Devant composer avec la triste et difficile réalité de la maladie subite de ce dernier, Catherine l’a accompagné et soutenu. Elle dit: «J’ai vécu la peur, la solitude, l’impuissance et un immense chagrin. Anéantie, j’étais maintenant face à l’inévitable: j’allais emprunter le chemin de l’accompagnement en fin de vie et du deuil.» En elle, des ressources, des intuitions, des outils et des idées se sont déployés pour surmonter chacun des défis que revêtait quotidiennement une telle situation. Anick Lapratte, son amie de longue date, a été touchée et inspirée par cette situation. Elle a senti que l’approche unique mise de l’avant par cette dernière se devait d’être connue afin qu’elle puisse faciliter le processus du deuil des gens également confrontés à cette dure réalité. 

Dans cette optique, les deux femmes ont joint leurs expériences multiples en relation d’aide et ont effectué de nombreuses recherches afin d’offrir ce livre.

Regard différent, conception nouvelle
Avec L’Accompagnement d’un être cher en fin de vie et dans l’après-vie, les auteures souhaitent élargir la vision de l’accompagnement. Face au décès imminent d’une personne aimée, une douleur vive nous tenaille profondément. Selon Catherine et Anick, cela peut être l’occasion de se rapprocher d’elle et de s’unir à elle, même au-delà de la mort. Anick, auteure de trois autres livres, précise: «Cette approche globale permet de réaliser que le deuil n’a pas de frontières.» Catherine ajoute: «Avec la mort, on réalise que les liens ne sont pas coupés. Il n’y a qu’une transformation de la relation. L’amour est toujours vivant. La relation se poursuit sous une autre forme.» Les conseils, les trucs et les exercices de méditation contenus dans ce livre tiennent compte de toutes les sphères d’un être humain: ses besoins physiques, émotifs et ceux de son âme. Chaque étape est abordée. On débute par la nouvelle qui tombe, celle du pronostic de phase terminale, et on poursuit la réflexion jusque dans l’après-vie. On traite de nombreux éléments indispensables à la prise en charge de cette situation, dont les soins de base du malade, l’acceptation de la mort, le bilan de vie, les services funéraires désirés, la prière et la vie après la mort. En plus du soutien de l’âme de la personne décédée, un chapitre est consacré à l’accompagnateur. Créer un lieu de recueillement, se rappeler les moments heureux, être à l’écoute, libérer le cœur par les larmes et se permettre de rire sans culpabiliser peuvent être des aspects contribuant à la guérison. Anick souligne: «Lorsque l’on vit un deuil, il importe d’être patient. C’est un pas à la fois, un jour à la fois.»

Concevoir la fin autrement
En bref, ce livre propose une perspective nouvelle de la mort. Pourquoi? Pour permettre à l’être en fin de vie de se préparer au grand départ et à la personne accompagnante de se préparer à cette perte pour mieux vivre ce deuil. 

Le regard que posent ces auteures sur la mort offre un angle nouveau: la mort peut être appréhendée plus positivement. Selon elles, c’est l’occasion de se rapprocher de la personne en phase terminale et «d’honorer ce corps physique et son âme», m’ont-elles confié toutes les deux. 

Quoi qu’il en soit, rencontrer ces deux femmes et lire leurs écrits permet d’explorer une avenue peu ou pas envisagée. Comme si, enfin, il nous était donné d’intégrer profondément que la mort fait réellement partie de la vie. Accueillir la mort et faire la paix avec elle devient alors plus envisageable…

L’Accompagnement d’un être cher en fin de vie et dans l’après-vie est disponible en librairie depuis février.

 

Les titres signés par Anick Pratte
Une autre âme dans ma fille, Pétales de vie et Se libérer des âmes errantes. Catherine Poirier a collaboré à Se libérer des âmes errantes.





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

L'épigénétique confirme que tout est possible!
Routine sacrée d'automne
Être synchro avec la nature
Madame Labriski - Véritable boule d'énergie
Yoga, la pratique du coeur




PARTENAIRES