Accueil   Recherche   

english


Auto

Le 11 avril 2013 - 14:59  | Par le guide de l'auto
Outils

Merci Ralph!

Merci Ralph!

Lorsqu’une compagnie est en dépôt de bilan, il est évident qu’une voiture sport de 600 chevaux n’est certainement pas une priorité. Chrysler luttait désespérément pour sa survie à la fin de la dernière décennie et il a fallu l’intervention d’une compagnie italienne, FIAT, pour sauver le constructeur américain. Ces événements expliquent la disparition de la Viper. Cette voiture sport de haute performance intéressait les amateurs d’émotions fortes et de conduite sportive, mais en fait de rentabilité, les chiffres étaient écrits à l’encre rouge. On s’est donc débarrassé de ce modèle.

 

 

Toutefois, c’était sans compter la détermination du Montréalais d’origine haïtienne Ralph Gilles.

Ce dernier n’est pas seulement un designer de grand talent, c’est également un passionné de voitures sportives et de la Viper en particulier. Je me souviens d’une rencontre que j’ai eue avec lui à la piste ontarienne de Calabogie dans le cadre du rendez-vous annuel du club Viper du Québec. Ralph Gilles avait transporté sa Viper personnelle sur une plate-forme et conduit son camion Dodge Ram depuis Detroit. Il est difficile de trouver plus enthousiaste!

C’était l’homme tout désigné pour mener à bien le projet fort délicat de la résurrection de ce modèle. En 2009, il a confié à Sergio Marchionne, le grand patron de Fiat et Chrysler, les clés de la dernière Viper à sortir des chaînes de montage et celui-ci est parti faire un tour d’essai. À son retour, il a mentionné que la voiture nécessitait beaucoup de travail. Malgré tout, Gilles a décidé de regrouper quelques irréductibles qui tenaient mordicus à la survie de ce bolide. Un an plus tard, un modèle pleine grandeur de la nouvelle voiture était présenté à la direction. Sans entrer dans les détails, les membres de cette équipe ont eu le feu vert pour continuer.

Avant de passer à la réalisation de la nouvelle génération, on a décidé de demander aux propriétaires de voitures sport concurrentes ce qu’ils pensaient de la Viper. On a répété le même exercice avec les propriétaires de ce modèle. À la suite de ces discussions et recherches, il a été décidé que l’on conserverait le style très spécial de la Viper avec sa partie avant très allongée, son arrière tronqué de même que l’extracteur d’air aux ailes avant et le positionnement des tuyaux d’échappement juste avant la roue arrière. L’unanimité s’est faite également sur le maintien d’un moteur V10 à soupapes en tête.

Pendant cette période de développement, beaucoup de choses ont changé. La compagnie a repris le dessus sur le plan financier, les camions Dodge Ram sont devenus des Ram. En outre, la Viper ne fait plus partie elle non plus de la famille Dodge. On a jugé qu’une voiture se vendant plus de 100000$ ne convenait pas tellement à cette marque. Elle est donc identifiée comme étant la SRT Viper, tout simplement. Entretemps, Ralph Gilles est devenu président et chef du conseil d’administration de la division SRT tout en étant vice-président senior du design des produits chez Chrysler. 

Après toutes ces péripéties, en avril 2012, au Salon de l’auto de New York, on a finalement dévoilé une Viper entièrement redessinée et améliorée sur le plan mécanique. Le résultat est saisissant. La voiture conserve ses lignes si typiques, mais de nombreuses améliorations ont été effectuées au chapitre de la plateforme tandis que le moteur V10 a été fortement modernisé. Il en résulte une voiture d’un assemblage beaucoup plus soigné qu’auparavant, dotée d’une peinture impeccable alors que l’habitacle a été grandement modernisé, et fait maintenant plus sophistiqué. Pour transmettre les 640 chevaux et les 600 lb-pi de couple de ce V10 au bitume, cette propulsion fait appel à une boîte manuelle Tremec à six rapports et à des pneus Pirelli P Zero Corsa de 18 pouces à l’avant et de 19 pouces à l’arrière. La suspension est dotée en partie de composantes en aluminium et on nous promet chez SRT que cette Viper revue et corrigée saura se défendre très honorablement en piste face à la concurrence. Il est donc certain que cette œuvre de passion saura intéresser bien des acheteurs potentiels.





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Peter Schreyer
Infiniti dévoile un moteur à compression variable
Un salon entre deux chaises
Formule 1 - Renault peut-il succéder à Mercedes?
Chevrolet Equinox - La modernité au rendez-vous




PARTENAIRES