Accueil   Recherche   

english


Publié dans Mieux-Être

Le 15 février 2013 - 10:23  | Remerciement à la clinique Épiderma
Outils

Tour d'horizon de la microdermabrasion

Tour d'horizon de la microdermabrasion

Comme le BBQ qu'on recouvre quand les feuilles tombent, les lumières qu'on accroche avant les fêtes, ou les chaises de jardin qu'on ressort quand ça sent le printemps, il y a un rituel pour chaque saison. Or, nous aimons aussi préparer notre petite personne pour mieux accueillir ces changements. Le corps change et s'adapte aux variations extérieures... Ou serait-ce plutôt notre moral? Quoi qu'il en soit, la microdermabrasion mérite-t-elle d'être intégrée à notre rituel saisonnier

Qu'est-ce que la microdermabrasion?

Introduite en Amérique du Nord en 1996, la microdermabrasion est une technique non invasive anti-âge qui exfolie à fond la peau tout en lui redonnant un coup d'éclat et de jeunesse. Les principales zones de traitement sont le visage, le cou, le décolleté et les mains.

La technique consiste en un polissage superficiel de la peau, en général au moyen d'un jet de microcristaux projetés sur le visage, permettant de déloger une partie des cellules mortes (de 15 à 25 microns) et des impuretés à la surface de la peau. Ce traitement produit un impact sur la couche cornée de l'épiderme qui stimule la production de collagène et de nouvelles cellules et une meilleure circulation sanguine. On y a recours pour nettoyer et régénérer la peau, atténuer ridules, cicatrices et taches pigmentaires, affiner les pores, éliminer les points noirs et tonifier l'épiderme.

Pourquoi privilégier la microdermabrasion plutôt que la dermabrasion, le peeling chimique ou le resurfaçage au laser?

Il est important de noter que le traitement dispensé en clinique esthétique, tel qu'il est autorisé par Santé Canada, est une microdermabrasion du premier degré touchant strictement la couche superficielle de la peau, l'épiderme, qui ne contient aucun vaisseau sanguin. La dermabrasion, quant à elle, est un acte médical habituellement pratiqué en chirurgie plastique ou en dermatologie à des degrés variant de 1 à 3, qui se fait sous anesthésie locale ou générale pour traiter des cicatrices d'acné profondes ou des tatouages, par exemple.

Le peeling chimique consiste en l'application d'une solution chimique (l'alphahydroxyacide) sur la peau, qui fait des cloques. Celles-ci tombent ou pèlent. Cette méthode peut traiter certains dommages causés par le soleil et des taches de rousseur ou de vieillesse, mais présente l'inconvénient de causer des réactions épidermiques difficiles à prévoir ainsi que des risques d'effets secondaires comme des brûlures.

Le resurfaçage au laser est l'ablation, par la projection de courts faisceaux lumineux, de couches superficielles de la peau pour faire disparaître des rides, des cicatrices et de l'hyperpigmentation. Cette procédure est douloureuse, doit se faire sous anesthésie, exige une convalescence d'environ deux semaines et comporte un risque de cicatrices permanentes.

Par rapport à d'autres modes de rajeunissement épidermique, les bienfaits de la microdermabrasion sont considérables d'autant plus que le traitement est non invasif, n'exige aucune anesthésie, comporte peu de risques d'effets secondaires et son coût est abordable. 

Différents types de microdermabrasion

Appareils avec cristaux

Il faut savoir que la très grande majorité des appareils de microdermabrasion fonctionnent à l'aide de cristaux de corindon, qui sont composés d'alumine. Bien que les facteurs de risque pour la santé ne sont pas prouvés, certains craignent une exposition à la poussière d'aluminium, car ils l'associent à des problèmes respiratoires à long terme ou à des maladies telles que l'Alzheimer.

D'autres appareils utilisent les cristaux de bicarbonate de soude qui présentent l'avantage d'être parfaitement inoffensifs, plus petits et moins acérés que ceux du corindon, donc moins douloureux. Le bicarbonate utilisé est de qualité professionnelle, pur à plus de 99%, exempt de toute contamination. Le principe de fonctionnement consiste à projeter des microcristaux neufs au centre tout en aspirant les microcristaux usagés et les déchets cutanés en périphérie. 

Appareils sans cristaux

La microdermabrasion peut aussi être pratiquée par des micropulsations avec des embouts abrasifs (p. ex. le carbure de silicium) ou des têtes de diamant. Ce type de traitement n'a toutefois pas le double effet projection-succion qu'offre l'utilisation de cristaux.

Trousses de microdermabrasion «maison»:

On peut trouver sur le marché des crèmes ou lingettes exfoliantes ainsi que des mini-appareils de microdermabrasion utilisant notamment des cristaux d'oxyde de magnésium ou de chlorure de sodium. Ces produits sont utiles, mais leur efficacité ne se compare pas à la microdermabrasion professionnelle.

Protocole type d’un traitement de microdermabrasion

On procède d'abord au démaquillage puis à l'analyse de la peau. Au moyen d'un appareil muni d'une pompe, d'un tube, d'une pièce à main et d'un système de succion, la technicienne balaie lentement le visage généralement à deux reprises: d'abord à l'horizontale, puis à la verticale, et au besoin, elle repasse une troisième fois sur les zones plus problématiques (nez, menton, front). Elle nettoie ensuite la peau en douceur, avant d'appliquer une lotion, puis un masque apaisant qu'elle laisse 15 minutes. À l'aide d'une serviette imbibée d'eau chaude, elle enlève le masque, puis termine en appliquant un baume apaisant suivi d'une crème hydratante. 

Il faut compter environ 60 minutes pour une séance (p. ex. le visage) et de 4 à 6 séances pour le traitement initial, à intervalle de 2 à 4 semaines, selon l'état et la sensibilité de la peau. Ensuite, pour un entretien d'appoint, un traitement de microdermabrasion par saison est recommandé.

Malgré l'abrasion que subit la peau, en règle générale, rien n'y paraît peu de temps après et les rougeurs disparaissent sur-le-champ, grâce à l’application du masque et du baume apaisants. Parfois, une sensation de coup de soleil ou de peau tendue peut persister quelques heures ou jours. Il arrive que le traitement occasionne des effets secondaires plus sérieux, comme un œdème, des ecchymoses ou de l'hyperpigmentation post-inflammatoire, mais ils sont fort rares. Il est très important de bien s’informer avant de choisir une clinique pour un traitement de microdermabrasion, de manière à s’assurer que le protocole est sécuritaire et que des produits après traitement de qualité sont utilisés.

Il faut aussi tenir compte de certaines contre-indications, notamment grossesse, couperose, acné, rosacée, lésions cutanées, tatouages, verrue, feu sauvage, maladies chroniques (hépatite, SIDA), l'utilisation récente d'anticoagulants, d'Acutane ou de crème contenant des AHA et l'exposition récente au soleil.

La microdermabrasion constitue un excellent moyen d'entretenir sa peau pour prévenir les signes de vieillissement. Convenant à tous les types de peaux en santé, elle procure des bienfaits immédiats, nettement supérieurs et plus durables qu'un soin du visage, et des effets à long terme quand celle-ci est intégrée à une hygiène cutanée régulière. Pour obtenir un résultat optimal, tout traitement devrait être accompagné de soins quotidiens, comme l'application de crèmes hydratantes approuvées et recommandées par une technicienne spécialisée en microdermabrasion.

 

Remerciement à la clinique Épiderma
www.epiderma.ca 





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

L'épigénétique confirme que tout est possible!
Routine sacrée d'automne
Être synchro avec la nature
Madame Labriski - Véritable boule d'énergie
Yoga, la pratique du coeur




PARTENAIRES