Accueil   Recherche   

english


Auto

Le 24 octobre 2012 - 08:49  | Par: Le Guide de l'auto
Outils

Mercedes-Benz SL63AMG Presque parfaite!

Mercedes-Benz SL63AMG Presque parfaite!

Les responsables du développement de la nouvelle génération de la classe SL ont décidé d’en faire un véhicule de grand tourisme, laissant à la fabuleuse SLS le soin d’être la plus sportive de toutes les voitures arborant l’étoile d’argent.

Avant de conduire la SL63, j’avais une certaine appréhension puisqu’on nous avait annoncé que la classe SL avait une vocation un tantinet plus bourgeoise. Mais c’était mal connaître les dirigeants de cette division haute performance. Ils ont des idées bien arrêtées quant à ce que doit être une voiture provenant des ateliers d’Alffalterbach, là où est situé le siège social d’AMG.

Mais sans vendre le punch, je dois vous avouer qu’après avoir conduit ces deux modèles, chacun défend sa position fort honorablement.

Une cure d’amaigrissement
Lorsque vient le temps de développer une voiture de sport, les ingénieurs tentent dans la mesure du possible de réduire le poids de toutes les composantes. En effet, il a été prouvé à maintes reprises qu’une voiture plus légère offre une plus grande maniabilité et, bien entendu, des performances encore plus élevées. Autant la SL550 que la SL63 AMG bénéficient d’une toute nouvelle carrosserie en aluminium. Les ingénieurs ont fait appel à l’expérience acquise lors du développement de la SLS pour réaliser cette carrosserie. Celle-ci pèse 100 kg de moins par rapport au modèle précédent. De plus, grâce à l’utilisation de 10 différents types d’aluminium, la caisse est plus légère, mais aussi plus rigide tout en augmentant le niveau de sécurité en cas d’impact.

En plus de l’aluminium, les ingénieurs ont utilisé certaines composantes en magnésium, tandis que des tubes en acier ont été intégrés dans les piliers «A» afin d’offrir plus de protection en cas de retournement. Et toujours dans la chasse aux kilos, le couvercle du coffre arrière est réalisé dans un matériau composite comprenant également une bonne partie de fibres de carbone. Bref, toutes ces astuces ont permis d’obtenir une réduction totale de poids de 125 kg.

L’ABC du comportement routier
Lorsqu’on examine la fiche technique de cette voiture, on se rend compte qu’elle ne possède pas de barres antiroulis. On pourrait croire que c’est dans le but de réduire le poids de la voiture. Pas du tout. En effet, les ingénieurs ont eu recours encore une fois à la suspension ABC (Active Body Control). Ce système permet de modifier de façon constante la rigidité des éléments de la suspension, celle-ci étant reliée à un vérin hydraulique servant d’amortisseur qui réagit au millième de seconde. Les barres antiroulis sont donc devenues inutiles. De plus, cette suspension peut être réglée en deux modes, Confort ou Sport, en tournant un bouton sur la console centrale.

À cela s’ajoute une direction à assistance électromécanique qui assure une grande précision et une linéarité exemplaire. Il est également important de souligner que le déport négatif des roues a été augmenté dans le but d’optimiser l’agilité de la voiture dans les virages.

Toute une cavalerie!
En essayant la SL550, j’ai trouvé que les 429 chevaux du moteur 4,6 litres double turbo étaient impressionnants. Les accélérations étaient linéaires et d’une grande vélocité. Mais, lorsqu’on est au volant de la SL63 AMG, c’est pratiquement à couper le souffle. Ce moteur biturbo de 537 chevaux réagit instantanément à la sollicitation de l’accélérateur. Son couple élevé à bas régime explique la chose. De plus, la sonorité de ce moteur ravira tous les conducteurs sportifs. Si vous êtes cartésiens, vous allez trouver cet argument un peu niais, mais pour les vrais amateurs de voitures de sport, aucun autre moteur ne possède cette sonorité. Et ce n’est pas tout, puisque les personnes qui choisiront le Performances Package bénéficieront de 27 chevaux additionnels. La différence n’est que d’un dixième de seconde dans la réalisation du 0-100 km/h alors que le plus puissant des deux moulins boucle l’exercice en 4,2 secondes. Mais c’est lorsqu’on dépasse les 100 km/h que le moteur plus puissant s’impose et permet d’atteindre une vitesse maximale de 300 km/h!

Une seule transmission est au catalogue, il s’agit de la boîte automatique à sept rapports Speedshift à double embrayage. Celle-ci possède quatre réglages. Vous placez le bouton de commandes en position C et les accélérations se font en douceur de même que les passages de rapport. Optez pour les réglages S ou S+ et les choses s’accélèrent. Les rapports s’enclenchent plus rapidement et la voiture réagit de façon plus sportive. Quant au mode M (pour manuel), il laisse le soin aux conducteurs de passer les rapports au moyen de palettes placées derrière le volant. Soulignons également le mode Race Start qui assure des départs canon.

Malgré cette débauche de puissance et de réglages, la conduite de tous les jours devrait s’effectuer en mode C qui active alors le système arrêt-départ qui coupe moteur lorsque la voiture s’immobilise afin de réduire la consommation de carburant.

Rapidité et agilité
Les voitures de la classe SL sont de dimensions passablement imposantes. Une conception maladroite aurait pu transformer cette voiture en gros bolide hyper rapide en ligne droite, mais passablement pataud dans les virages. Ce n’est absolument pas le cas. En effet, notre galop d’essai effectué sur des routes très sinueuses du sud de la France m’a permis de constater que cette voiture était excessivement agile et maniable. Malgré les virages très serrés, on avait l’impression de conduire quelque chose de plus petit et de très agile. Ceci permet également d’utiliser à bon escient les chevaux-vapeurs fournis en quantité très libérale par le moteur. Par ailleurs, lorsque le moment est venu de circuler à basse vitesse, les multiples réglages offerts par cette voiture nous ont permis de nous retrouver au volant d’une bourgeoise ou presque.

La SL550 n’a pas beaucoup de défauts, mais elle se fait damer le pion par la SL63 AMG qui peut se transformer en voiture de grand tourisme ou en bolide ultrasportif lorsque le besoin se fait sentir.

Si vous aimez que votre voiture se démarque des autres, la version AMG affiche une grille de calandre à double lame qui lui est exclusive, des sorties d’air latérales uniques, et bien entendu, à l’arrière les embouts d’échappement rectangulaires encadrant le diffuseur d’air. Comme toutes les versions SL en 2013, le toit rigide rétractable peut être équipé de l’option Magic Sky Control permettant de varier l’opacité du toit en verre. Puis, dernier raffinement technologique, les ingénieurs de Mercedes-Benz ont développé un essuie-glace assez spécial appelé Magic Vision. En effet, les balais sont dotés d’orifices de chaque côté et c’est par ces orifices que gicle le liquide lave-glace, et ce, uniquement du côté de la direction du balai. C’est d’une efficacité quasiment magique. 

Une voiture presque parfaite. Et s’il est vrai que son prix de vente est corsé, ça demeure quand même une aubaine, toutes proportions gardées. Si vous gagnez à la loterie, c’est la voiture qu’il vous faut.





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Formule 1 - Renault peut-il succéder à Mercedes?
Chevrolet Equinox - La modernité au rendez-vous
Volvo V90 XC - Prêt pour le succès
Daniel Raymond, un magicien de la mécanique
Vision Mercedes–Maybach - Le futur à la mode rétro




PARTENAIRES