Accueil   Recherche   

english


Sport

Le 22 octobre 2012 - 14:25  | Par: Mark Smith et Jean-Michel Sotiron
Outils

La chaussure minimaliste

La chaussure minimaliste

Selon moi, la vie suit le trajet d’une pendule: elle bascule d’un extrême à l’autre. Les années 60 étaient libres et les années 70 conservatrices. Les années 80 ont vu un petit retour vers la folie. Nous n’avons qu’à penser aux pantalons pattes d’éléphant comparés aux jeans skinny. Nous sommes aussi en train de voir cette tendance dans l’industrie du plein air où les produits rapides et légers font fureur. De plus, il y a un mouvement dans le monde de la course qui bouleverse le statu quo : l’initiative des souliers minimalistes. Non, ce n’est pas un programme gouvernemental super secret qui entraîne des ninjas pied-nus, mais bien une technique de course grassroots qui a pris son envol récemment dans les médias. Tout a essentiellement commencé avec le bouquin Born to Run. Je le suggère à quiconque court, que ce soit d’une manière professionnelle ou purement amateur.

Je vous entends déjà: «Qu’est-ce que sont ces balivernes? Ensuite, les hippies nous forceront à porter du patchouli et courir pieds nus dans des robes d’été» Chut! Calmez-vous et étudions tranquillement le dossier.

C’est quoi l’idée?  *Le paragraphe suivant pourrait rendre inconfortables les créationnistes  
Les humains ont évolué au courant de millions d’années et sont ainsi devenus les magnifiques spécimens athlétiques que nous connaissons aujourd’hui. Pendant tout ce temps, nous sommes descendus des arbres et nous avons pris d’assaut (pieds premiers) les plaines infinies des continents.

Pour le meilleur et le pire, l’évolution nous a côtoyés, adaptant nos corps afin de maximiser notre efficacité. Si vous prenez la peine de regarder sous vos chevilles, vous pourrez ­découvrir l’effet de cette évolution. «Mark Smith, vous semblez oublier que l’humain mâle a des mamelons inutiles; votre prémisse est donc inadmissible. De plus, personne ne peut courir plus d’un kilomètre sans souliers.» Hmmm, vous venez de rater une belle occasion de vous taire. Primo, les mamelons sont comme des accessoires de poitrine pour les hommes. Secundo, vous avez
complètement tort.

Dans plusieurs pays, vous ne courez qu’avec ce que vous avez: rien. Ça pourrait vous rendre mal à l’aise puisqu’on n’a pas vécu tant et aussi longtemps qu’on n’a pas glissé son pied dans des souliers de course injectés à l’air, améliorés au nitrogène et dotés de fibre de carbone. Mais considérez ceci: le marathon des Jeux olympiques de 1960 a été gagné par un Éthiopien qui ne portait que ce que Dieu lui a donné. C’est 42 kilomètres, en passant. Les entraineurs d’athlétisme nord-américain ont flairé l’affaire. Vin Lananna, entraîneur chez Stanford, voit ­régulièrement son équipe s’entrainer
pieds nus.

Euréka!
Si nos pieds ont évolué pour devenir de ­superbes machines, pourquoi les enfermer dans des camisoles de force? L’idée derrière le mouvement minimaliste est que ça vaut la peine de repenser les souliers méga-coussinés qui font tout sauf brosser nos dents.

Notre voûte plantaire a été conçue afin d’absorber les impacts. Pourquoi voudrait-on alors y fixer un système de suspension en dessous? Cela a le potentiel de conduire à de l’instabilité et donc à des blessures. Un grand avantage des souliers de course minimalistes, c’est leur habileté à vous faire sentir l’environnement que vous chaussez. Ça peut paraître anodin, mais si vous ne pouvez pas sentir ce qui se trouve en dessous de vous, comment est-ce que votre corps est censé réagir à une concavité sur la route/le sentier ou la racine/roche cachée. En enlevant la douzaine de millimètres de coussins, vous ne ferez qu’un avec la nature (ouf, je ne pensais pas être le genre de type qui écrirait ça un jour). Cet élément nous amène un autre bénéfice.

Libéré tout le coussin dans le talon du soulier, vous serez parfaitement vertical et non en train de vous pencher vers l’avant. C’est ici, selon moi, que la magie a lieu. Vous changerez votre démarche afin d’éliminer l’impact au talon et atterrir sur le plat à chaque pas. Ça veut dire que votre pied atterrit presque en dessous de votre corps et pas à l’avant comme avec les souliers classiques. Ça permet une sensation plus naturelle et vous encourage à reculer vos épaules et donc d’aider avec la respiration. Bien sûr, éliminer l’impact au talon et atterrir presque à plat vous forcera à travailler vos mollets aussi fort qu’Alexei Emelin frappe ces opposants. Mais bon, j’imagine que c’est pour ça que ça s’appelle s’entraîner.

Parlant d’entraînement, et c’est vraiment le but de mon article, l’important c’est de devenir plus fort. Lorsque vous enlevez tous les gadgets d’un soulier, il vous reste un soulier minimaliste. Rendu là, c’est votre corps qui fera tout le travail. Atterrir à plat nécessite beaucoup de travail de la part de vos mollets. Sans des renforcements de pronation ou de supination, vos muscles de cheville seront sollicités aussi. Votre voûte plantaire aura aussi tendance à s’élever au fur et à mesure que vos pieds deviennent plus forts. Les gens sont en train de réaliser que c’est une bonne chose! Plus de travail mène à des pieds, des chevilles et des mollets plus forts. C’est un peu ça le but de l’entraînement, non?

Loin de moi d’être mou
Nous aimons tous les chars. Nous les conduisons pour nous rendre au travail, entre autres parce que ça veut dire qu’on n’est pas obligé de gaspiller notre énergie pour se déplacer. De là, nous devenons mous et paresseux. J’aime comparer les souliers de course réguliers aux autos: de magnifiques inventions, mais pas nécessairement pour tout le monde. Au lieu de donner une victoire à la paresse, pourquoi ne pas utiliser le temps de déplacement pour suer et prendre votre vélo plutôt que l’auto? Dans le même ordre d’idées, les souliers de course ­minimalistes vous font travailler plus fort en renforçant vos muscles qui s’atrophient lorsque vous courez dans des souliers coussinés. C’est pour moi une bonne chose puisque ça permet d’autres bénéfices tels que la réduction des probabilités d’une cheville tordue lorsque vous jouez au basketball, moins de douleur aux articulations puisque les impacts sur le corps seront moins sévères.

Si Pierre Desproges disait qu’on peut rire de tout, mais pas avec tout le monde, je suis d’avis qu’on peut tous courir, mais pas de la même manière. Ce que j’essaye de faire ici n’est pas de partager une de mes citations préférées, mais plutôt de faire remarquer que bien que je chante les louanges des espadrilles de course minimalistes, je suis conscient qu’elles ne sont pas pour tout le monde. Il y en a pour tous les goûts. Les souliers sont comme les femmes et certains les préfèrent plus dodues. Néanmoins, si vous désirez essayer quelque chose de neuf, je vous recommande fortement d’essayer une paire de souliers minimalistes..

Suggestions de Jean-Michel Sotiron

 

 

1. Suunto Quest Running Pack

Le système parfait pour suivre votre progression. L’avantage se trouve aussi dans l’idée de voir votre entrainement en données, ce qui aide à mieux vous organiser et à vous motiver.

 

 

 

 

 

2. Arcteryx Men’s Beta FL Jacket

Ce manteau fait avec le nouveau Gore-Tex Active Shell impressionne par sa légèreté et sa capacité à se ranger de manière compacte. Mais sa vraie révélation, c’est sa respirabilité : sa performance dans le transfert de l’humidité de votre corps vers l’extérieur.

 

 

 

 

 

 

 

 

3.Merrell Men’s True Glove

Le soulier de course à son niveau ultime de base. Comme courir avec des ailes.

 

 

 

 

 

4.Vibram FiveFingers Men’s KomodoSport

Alliant légèreté et une apparence hors du commun, la FiveFingers ne laisse personne indifférent. Pour ceux qui n’ont pas peur de se démarquer et qui cherchent aussi à se surpasser. 

 

 

 

 

5.Salomon Twin Belt

Idéal pour les courses plus longues. Apportez vos éléments essentiels. Les bouteilles sont formées afin de réduire les points de pressions. De plus, les porte-bouteilles ont des entrées qui facilitent la remise des bouteilles dans l’étui.  

 

 

 

 

 

 

6.The North Face Men’s Better Than Naked Cool Jacket

Qu’est-ce qui est mieux qu’être tout nu? Le manteau Better Than Naked par The North Face. Incroyablement léger, vous apprécierez son confort et sa respirabilité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7.Arcteryx Men’s Incendo Tight

Ces collants sont conçus pour mieux se marier à vos mouvements, vous donnant une entière liberté. Fait d’un tissu élastique durable qui sèche rapidement.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8.Superfeet Unisex Footbed Green Max Shock Absorption

Peut-être que les souliers de course minimalistes ne sont pas pour vous. Dans ce cas, essayez ces semelles qui sauront compenser votre pronation ou supination.





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Course extrême, jouer dans la cour des grands
Commencer la randonnée du bon pied
Bandon Dunes
Choisissez votre aventure
Sur les flots au bout du monde




PARTENAIRES