Accueil   Recherche   

english


Style de vie

Le 15 octobre 2012 - 15:46  | Jean-Marc Poirier | illustration : CdA
Outils

Une belle hawaïenne suave et mélodique

Une belle hawaïenne suave et mélodique

Sachez, Messieurs, qu’il nous serait beaucoup plus que facile de consacrer ce topo musical aux courants «trendy» et passagers, où bon nombre de groupes, de bidouilleurs sonores et de pseudo-artistes rapidement obsolètes défilent dans le temps de le dire, après avoir eu leur 15 minutes de gloire sur les multiples blogues, pages web et magazines consacrés aux dernières découvertes du moment. Non. Nous vous laisserons plutôt le soin d’entretenir votre curiosité auditive avant-gardiste dans vos temps libres ou, du moins, loin de cette chronique… 

Nous vouerons plutôt ces quelques lignes à ces étranges, mais ô combien réconfortantes mélodies propres à la musique hawaiienne, celle même qui défie le temps et les courants. Celle même qui use d’entêtantes et voluptueuses guitares. Celle même qui nous flanque un sourire en moins de deux et fait déhancher bon nombre d’entre-nous, souvent de façon douteuse et maladroite. Oui, Messieurs, la musique hawaiienne.

Certains croient qu’Elvis Presley a inventé la musique traditionnelle des îles du Pacifique, mais il n’en est rien. Il est documenté que le style musical hawaiien (du moins, celui auquel nous nous identifions aujourd’hui) a vu le jour vers la fin du 19e siècle. Certains instruments tels que le ukulélé et la steel guitar (dont le nom indigène est kila-kila) ont beaucoup contribué à l’essor de ces mélodies ensoleillées et aisément identifiables.

Mentionnons également qu’entre 1915 et 1930, la popularité de la musique hawaiienne aurait atteint des sommets en Amérique du Nord grâce, entre autres, à la Panama-Pacific International Exposition, tenue à San Francisco, où le public se réjouissait à l’écoute des performances de certains artistes venus d’Hawaii pour la toute première fois. Certains avancent même que, à cette époque, ce style de musique aurait dominé tous les autres genres musicaux, y compris le jazz, sur le plan des ventes de disques aux États-Unis… 

JOHN ET LES ANECDOTES SAVOUREUSES
Si nous semblons tant nous y connaître en faits historiques et autres choses essentielles, sachez que c’est en partie grâce à John Heneghan, un homme tout en verbe, qui, depuis peu, tient une émission de radio intitulée John’s Old Time Radio Show, dédiée à l’écoute de ses vieux – très vieux – 78 tours. Oui, ce boute-en-train, collectionneur de petites merveilles auditives et raconteur d’histoires tout aussi fantastiques qu’inutiles saura certainement vous divertir et contrer votre nostalgie estivale de L’Antichambre tous les mardis soirs de l’été en cours... 

Parmi les plus savoureuses anecdotes de John Heneghan, citons l’exploit de l’aveugle Bennie Nawahi, guitariste hawaiien d’exception, qui, en 1946, nagea courageusement 22 miles en 22 heures, pour inscrire son nom au livre des records... des records «quelconques», car le Guinness n’allait naître que 9 ans plus tard. Absolument passionnant! Hâtez-vous, donc, rapidement, illico, sur-le-champ et sans attendre, afin de vous cultiver, de vous renseigner sur d’invraisemblables faits divers et, surtout, pour écouter les treize savoureux titres datant des années 20 et 30 pro-posés par l’animateur. 

Un bijou disponible en ligne.
 

HAWAII MUSIC AWARDS
Vous serez certainement et agréablement surpris d’apprendre, aussi, que se tiennent annuellement le Hawaii Music Awards (HMA), et le Na Hoku Hanohano Awards (NHHA) récompensant les artistes s’étant le plus illustrés… entre un parasol et une poignée de sable.

2010 fut une année faste, sinon d’exception, pour les enregistrements originaux de musique venue d’Honolulu et de ses environs. Et qui dit albums de musique, bien sûr, dit pochettes de disques. À ce sujet, saluons le travail de Wailani Artates pour la conceptualisation visuelle de Mohalu (image 01), plus récent album de la sublime Napua Makuaau, primée au NHHA. Et, que dire de l’esthétique du dernier opus de Mahealani Uchiyama, Ndoro (image 02), qui s’est vue discerner le prix de la plus jolie conception graphique d’album au HMA, devant son compatriote Herb Ohta Jr? En passant, ce dernier est reparti avec la statuette du meilleur album ukulélé... 

LE RETOUR DU UKULÉLÉ
Venons-en d’ailleurs à cette fameuse guitare à quatre cordes qui, depuis quelques années, fait un retour à l’avant-scène de la musique pop, indy et rock. De curieux types comme Dent May, ou encore le collectif Noah and the Whale, s’amusent en effet depuis un moment à nous charmer avec des airs aussi joyeux qu’enivrants. 

Même nos idoles de jeunesse en font l’une de leurs principales sources d’inspiration, pour pondre de nouveaux enregistrements... Évoquons à ce chapitre Eddie Vedder, chanteur et guitariste de l’orchestre Pearl Jam, qui lançait en mai dernier, sur l’étiquette Monkeywrench, son Ukulele Songs. Peut-être ces artistes contribueront-ils à relancer, à leur manière, les apaisantes sérénades du Pacifique? Ou peut-être sera-ce même vous, après la lecture de ces lignes persuasives?

Une chose est toutefois certaine: vous pouvez vous fier aux différents blogues et/ou aux magasins de musique pour faire la promotion de cette charmante miniguitare. Le site Ukulelehunt.com, un outil incontournable pour le «ukuléléliste», pourra vous éclairer sur les tablatures de l’instrument, en plus de vous renseigner sur les nombreux modèles de ukulélés sur le marché et de vous offrir des cours virtuels. Et si vous rêvez de vous procurer cet objet aux innombrables formes, sachez que le Duke of Uke, magasin londonien de musique par excellence, vous aidera à dénicher l’instrument adéquat à votre style et à votre budget.

Toujours pas convaincus? Prenez un instant pour lire l’article publié en 2010 par la BBC au sujet de la fulgurante ascension de ce bijou d’instrument.
Ou visitez le gotaukulele.com

DE LA PAROLE AUX OREILLES
Nous pourrions, messieurs, écrire longuement sur le sujet qui nous intéresse aujourd’hui: sur les élégantes finesses sonores, les différents mouvements et leurs époques, ou encore sur les géants qui ont fait de cette enjôleuse musique hawaïenne une nécessité dans tout bon ménage qui se respecte. Mais quoi de mieux qu’une sélection déjà sélectionnée – merci M. Heneghan – pour vous mettre dans l’ambiance de ces mélodies venues des îles, pour apprécier leurs subtilités et, qui sait, pour vous y convertir?

Sur ce… aloha. 

Nous vous invitons donc à vous rendre au pointbarre.ca pour y entendre une baladodiffusion à saveur hawaiienne, et ce, pour le plus grand  bonheur de vos oreilles.

TRÈS INTÉRESSANT

  • Le premier livre des records Guinness est publié en 1955.
  • La danse hawaiienne se nomme le Hula.
  • L’album Blue Christmas demeure, à ce jour, l’album de Noël le plus vendu de tout les temps aux États-Unis.
  • La steel guitar aurait été inventée par Joseph Kekuku vers 1889.
  • Le ukulélé est un descendant de la simili-guitare portugaise nommée cavaquinho.
  • Le chant hawaiien se nomme le Mele.
  • La dernière reine de la monarchie hawaiienne se nommait Lili’uokalani.

ARTISTES À DÉCOUVRIR

  • Félix Mendelssohn & His Hawaiian Serenaders
  • The 49th State Hawaiians
  • Bob Hoopi
  • King Nawahi
  • Les Paul & Mary Ford
  • Tau Moe
  • Sons of Hawaii
  • Bing Crosby

Pour les non-initiés curieux, quelques sites où fusent la musique et les commentaires :
gorillavsbear.net, indieshuffle.com, pitchfork.comrcrdlbl.com et thewire.co.uk, pour ne nommer que ceux-là...




Lien(s) pertinent(s)
Point barre


 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Champignons sautés au beurre à l'ail et aux herbes fraîches
Le sous-majordome
Joe Rocca
Laurence Castera
Peter Peter




PARTENAIRES