Accueil   Recherche   

english


Auto

Le 15 octobre 2012 - 11:55  | Par: Denis Duquet | texte tiré du Guide de l'Auto 2012
Outils

BMW Vision EfficientDynamics. Vision du 
futur 
rapproché

BMW Vision EfficientDynamics. Vision du 
futur 
rapproché

De temps en temps, la compagnie BMW met au point un véhicule concept qui incorpore les technologies qu’elle entend utiliser dans ses futurs modèles de production. C’est le cas de cette voiture nommée Vision EfficientDynamics. Malgré son allure très avant-gardiste, elle présente des éléments que le constructeur compte offrir sur les véhicules qu’il commercialisera dans moins de cinq ans.

Si nous avons choisi ce modèle pour orner notre page couverture, c’est qu’à notre avis, il illustre parfaitement les technologies futures qui permettront non seulement de réduire l’émission des gaz à effet de serre, mais rehausseront également la sécurité, le confort et l’agrément de conduite.

L’avenir aux «plug-in»?
À voir sa silhouette, cette voiture donne l’impression d’être propulsée par un réacteur atomique, une turbine, une pile à combustible et quoi encore! Pourtant, il s’agit d’une voiture hybride de type «plug-in» - une automobile qu’on doit brancher afin de recharger ses batteries - également équipée d’un moteur thermique. Ce modèle 2+2 est propulsé par un moteur trois cylindres turbo diesel de 1,5 litre peu gourmand, associé à un moteur électrique sur l’essieu avant et un deuxième sur l’essieu arrière. La puissance totale du système atteint 356 chevaux et le couple moteur culmine à 592 lb-pi. La voiture est même équipée d’une transmission intégrale, disponible également en mode tout électrique. Ce trio mécanique permet une vitesse maximale de 250 km/h bridée par l’électronique et un 0-100 km/h en 4,8 secondes. La consommation moyenne selon le cycle de conduite européen est de 3,7 l/100 km. 

Ce moteur dispose d’une injection directe à rampe commune ainsi que d’un turbocompresseur à géométrie variable. Sa puissance est de 163 chevaux et son couple maximal est de 226 lb-pi. La puissance délivrée par le turbo diesel est transmise à l’essieu arrière par une boîte à double embrayage (DKG) à six rapports. Le moteur est monté en position centrale. Quant aux moteurs électriques, ils sont alimentés par une pile lithium-polymère, supérieure aux piles ion-lithium. Puisque le véhicule est «branchable», les ingénieurs de BMW ont pris soin de s’assurer que cette batterie pouvait être rechargée à l’aide de prises de courant régulières.

Plus qu’une allure spectaculaire
Si l’allure spectaculaire de la Vision impressionne, il ne faut pas se leurrer: c’est la fonction qui prime. La ligne de toit affiche la silhouette élégante d’une voiture grand tourisme classique, mais parce que le moteur thermique est placé en avant de l’essieu arrière, les stylistes ont été en mesure de réaliser une partie avant très basse. En fait, toute la voiture est très basse. Et dans le but d’obtenir un aérodynamisme encore plus efficace, l’écoulement de l’air est facilité par les lames de radiateur actives qui se ferment complètement lorsque le besoin de refroidissement est faible. Et n’oublions pas que le constructeur y a incorporé des éléments visuels propres à sa marque, comme la grille de calandre avec ses naseaux.

De nombreux détails de la carrosserie sont nés des connaissances que BMW a acquis en Formule 1. Ainsi, plusieurs éléments font office de déflecteurs d’air et les montants avant ont pour mission de canaliser l’air vers l’arrière. Il en va de même des feux arrière en forme de béquet. Enfin, le dessous de la voiture est entièrement caréné. 

La BMW Vision EfficientDynamics est dotée de pneus et de jantes de dimensions peu habituelles pour une voiture de sport : des P195/55R21. Ce pneu étroit permet une moindre résistance à l’air tandis que son diamètre de 21 pouces assure une surface de contact au sol comparable à celle d’un pneu nettement plus large. Enfin, les carénages des jantes qui recouvrent une partie des flancs des pneus confèrent un look original à la BMW Vision EfficientDynamics. Tout ce raffinement aérodynamique permet d’obtenir un coefficient de pénétration dans l’air de 0,22 Cx.

Le châssis et les éléments de suspension sont entièrement en aluminium. Par ailleurs, le toit ainsi que les panneaux extérieurs des grandes portes, qui s’ouvrent en élytre, sont réalisés presque entièrement en un polycarbonate spécial qui s’obscurcit et s’éclaircit selon la luminosité. Parce qu’on a supprimé les montants centraux, les grandes ouvertures assurent un accès facilité aux places arrière. Les charnières servent de point d’ancrage pour les rétroviseurs extérieurs.

L’utilisation d’éléments allégés pour la construction a permis de limiter le poids à 1395 kilogrammes et d’abaisser le centre de gravité. La charge utile maximale de cette voiture qui peut accueillir quatre passagers est de 445 kilogrammes tandis que le coffre à bagages est d’une capacité de 150 litres. On s’est même assuré qu’il pouvait contenir deux sacs de golf. En plus, les dossiers des deux sièges arrière se rabattent séparément afin d’agrandir le volume de chargement.

La volonté de conjuguer légèreté et confort explique le choix des sièges constitués d’une coque en kevlar, d’une structure dorsale et de garnitures pouvant être réglés individuellement. 

Le combiné d’instruments est orienté vers le conducteur et l’affichage tête haute permet de projeter des informations essentielles sur le pare-brise. Une technique plus sophistiquée de ce système d’affichage permet de superposer plusieurs vues en trois dimensions. Par exemple, l’indication de la vitesse reste visible au second plan, alors que des indications de navigation actuelles ou des avertissements émis par le système de vision nocturne Night Vision apparaissent au premier plan. La hiérarchie des indications dépend aussi du mode de conduite sélectionné par le conducteur.

Plusieurs de ces éléments pourraient se retrouver sous peu sur des voitures commercialisées. Pour en savoir davantage sur l’utilisation imminente de ces technologies, nous avons interrogé Jergen Greil, l’ingénieur concept derrière la Vision EfficientDynamics. 

GA Selon les informations disponibles, plusieurs éléments de cette voiture seront utilisés dans des modèles de production dans un avenir rapproché?

JG Oui, certainement. Par exemple, vous avez un système d’écoulement de l’air qui réduit la turbulence autour des roues et qui est utilisé présentement sur le Coupé M de la Série 1. De plus, le moteur électrique utilisé sur l’essieu avant ainsi que les batteries lithium--polymère équiperont plusieurs modèles de voitures électriques BMW qui seront commercialisées d’ici peu. Ils se retrouveront aussi sur le véhicule MegaCity.

GA Sur le plan aérodynamique, votre expérience en Formule 1 a-t-elle été un atout?

JGOui et non. En Formule 1, l’aérodynamique est utilisée pour plaquer la voiture au sol et ainsi mieux tenir en virages. Sur une voiture conventionnelle, ce n’est pas nécessairement une bonne solution. En fait, nous avons inversé les solutions apprises en Formule 1.

GA La Vision EfficientDynamics fait appel à une motorisation hybride dotée d’un moteur diesel. Cette combinaison a-t-elle des chances de se retrouver sur des véhicules de tourisme?

JG Sur le plan technique, il n’est pas plus compliqué de produire un véhicule hybride avec un moteur diesel. Par contre, ce moteur est beaucoup plus coûteux à produire. Cette combinaison rend ce type de motorisation hors de portée financière pour bien des gens. De plus, tant en Asie et en Amérique, les moteurs diesel ne sont pas tellement populaires. Peut-être que d’ici quelques années, la situation changera.

GA La voiture utilise une instrumentation trois dimensions en plus d’un affichage tête haute. Le second est déjà utilisé sur plusieurs de vos modèles. Est-ce ce que la présentation à trois dimensions a un avenir?

JG Un des problèmes rencontrés de nos jours, c’est le fait que plusieurs des accessoires à affichage visuel installés dans les autos peuvent servir d’éléments de distinction. Il faut donc y aller avec prudence. Déjà, dans plusieurs pays, BMW a mis sur pied des campagnes d’information visant à sensibiliser les gens aux dangers de « texter » en conduisant. Par contre, l’affichage tête haute est un élément sécuritaire que nous utiliserons de plus en plus.

GA Ce véhicule est une vision du futur quant aux prochains modèles BMW. Il s’agit d’un véhicule «plug in». Qu’en est-il de la voiture électrique?

JG Le problème avec le 100% électrique est la capacité de stockage d’électricité. À moins d’avoir des batteries énormes, il est difficile de rouler rapidement et longtemps avec une voiture électrique. Il faut faire des compromis, faute de quoi vous risquez de vider les piles électriques en moins de trois minutes si vous roulez à 150 km/h. Pour l’instant, le 100% électrique est une solution de compromis qui ne cadre pas tellement avec les besoins des gens et leur style de conduite. Un véhicule hybride «plug in» permet de rouler quand même sur une distance intéressante en mode électrique seulement. La présence d’un moteur thermique assure un rayon d’action rassurant.

Voilà ce que nous réserve BMW dans un avenir rapproché tant en matière de design, de mécanique et d’aménagement de l’habitacle. Ça s’annonce prometteur!





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Formule 1 - Renault peut-il succéder à Mercedes?
Chevrolet Equinox - La modernité au rendez-vous
Volvo V90 XC - Prêt pour le succès
Daniel Raymond, un magicien de la mécanique
Vision Mercedes–Maybach - Le futur à la mode rétro




PARTENAIRES