Accueil   Recherche   

english


Sport

Le 12 octobre 2012 - 11:17  | Par: Mark Smith et Jean-Michel Sotiron
Outils

Le Ski d'aventure au Québec

Le Ski d'aventure au Québec

L’hiver arrive et ça ne peut qu’impliquer deux choses. Vous vous cachez à l’intérieur en sirotant du chocolat chaud en maudissant Scott Gomez OU vous vous laissez séduire par les fraîches avances de l’hiver pour exploiter tout ce que la saison a à offrir. Nous vous suggérons la deuxième option. Vous pouvez le faire d’une multitude de manières (raquette, ski de fond, hockey, camping), malgré que la plupart des Québécois privilégieront le ski alpin. Dévaler les pentes à un des sympathiques centres de ski du Québec est sans aucun doute une excellente manière d’agrémenter vos fins de semaine. Mais que faites-vous si ça fait plus de 15 ans que vous les dévalez ces pentes? Vous avez attaqué les pistes de presque tous les sympathiques centres que le Québec a à offrir. Comme dans un mariage qui s’épuise, vous connaissez ces courbes comme le dos de votre main. Vous continuez juste parce que…? Attention, Monsieur. Libérez-vous de ces pensées linéaires. Sortez de votre zone de confort et essayez quelque chose de neuf. Il se peut fort bien qu’il soit temps pour vous de connaître le sport dynamique du ski hors-piste, le vrai, pas le sous-bois, le ski d’aventure.

Des rumeurs que je veux clarifier immédiatement :

  • Puisque nous n’avons pas les Rocheuses dans l’Est, je devrai tourner la page de cet article à l’instant même. FAUX. Votre déclaration est de la folie. La première chose que vous devez réaliser, c’est que le hors-piste est partout. 
  • Le ski d’aventure est dangereux. Non plus. Les ARVA (Appareil de Recherche de Victimes d’Avalanche), les sondes et les pelles ultralégères ont rendu ce passe-temps plus sécuritaire que de traverser la rue.
  • Vous devez être un skieur professionnel pour vous aventurer dans l’arrière-pays. Foutaise. Il y a de quoi pour tout le monde. Ce n’est pas chaque descente qui est à 75 degrés, avec 1, 5 mètres de large entre les rochers et la mort qui vous guette à chaque virage. La vérité est simple. C’est à vous de choisir le niveau de difficulté.
  • L’équipement est hyper cher; je n’ai pas le budget. Franchement. Vous allez dépenser entre 25$ et 100$ pour le billet de remonte-pente d’une journée. L’arrière-pays vous demandera 0$. Vous voyez où je veux en venir?
  • Je suis paresseux et l’aventure me déplaît. OK, vous avez gagné. Cet article n’est pas pour vous. 

Équipement
Une idée reçue majeure du ski d’aventure est que vous devez avoir de l’équipement flambant neuf, futuriste et cher. Ce n’est pas nécessaire, même si nous vous invitons à dépenser autant d’argent que possible chez Altitude-sports.com! Plus sérieusement, le strict minimum c’est votre équipement de ski. Je vous suggérerais un sac à dos qui permet d’attacher vos skis ou votre planche, mais votre simple épaule peut facilement -suffire. Nous vous invitons aussi à consulter notre section avec des suggestions de produits qui agrémenteront vos expéditions. Lorsque vous serez sérieux, vous pourrez commencer à étudier les fixations de ski de randonnée qui vous permettent de gravir les pentes avec des chevilles libres et qui peuvent être barrées afin de descendre en style ski alpin. Ajoutez des peaux d’ascension (un genre de ruban gommé qui se colle en dessous de vos skis afin de permettre la montée), une sonde à avalanche, un ARVA et une pelle, et voilà, vous serez prêts. 

Pour les expéditions plus longues qui requièrent tentes ou refuges, de l’équipement plus technique et plus amusant sera nécessaire. Un sac de couchage est un incontournable, même dans les refuges que vous retrouverez dans certains parcs. Dotez-vous aussi d’un réchaud qui saura résister au froid. Finalement, la pièce fondamentale est la lampe frontale

L’Accès à l’immaculé
Un des avantages du hors-piste est qu’il se trouve n’importe où et partout. Nous sommes bien au courant que les gens l’associent à la Colombie-Britannique et aux hélicoptères, mais il ne s’agit que de regarder aussi près que le Mont-Royal. Prenez vos skis, mettez-les sur vos épaules et hop, vous êtes partis! Vous serez assuré au moins d’un petit sourire. Notre -argument: vous pouvez le faire n’importe où pourvu que ça ne dérange pas le propriétaire. 

Pour votre côté zen, le ski en arrière-pays vous permet d’accéder à des zones ayant un très haut niveau de naturalité. Vous pouvez vous donner une journée complète de ski sans entendre le grincement du remonte-pente, les cris des gens ou devoir patienter 30 minutes pour votre tour. Au contraire, seront à vous la paix et la tranquillité. Un autre exemple, le Parc du Mont-Tremblant. D’accord, ce n’est pas Fernie, mais vous passerez quelques belles heures à dépenser le stollen que vous avez dévoré pour déjeuner, tout en agrémentant le tout de quelques descentes enlevantes.

Vêtements
Il est important de se souvenir qu’il est important de s’habiller stratégiquement pour les activités aérobiques hivernales. C’est encore plus vrai pour le ski de randonnée. Je le souligne parce que cette activité comporte deux activités très distinctes: la montée suivie de la descente.

L’ascension, même à -30 °C, peut être un festival de la sueur. Plusieurs débutants font l’erreur d’enfiler toutes leurs couches isolantes, se disant qu’il fera -30 °C durant toute la durée de la grimpe. Au contraire, il s’agit de porter presque rien. Je vous garantis que vous n’aurez froid que les cinq à dix premières minutes. Sinon, après ça, vous vous en voudrez d’avoir gardé votre manteau en duvet. Idéalement, en montant, portez une couche de base en matière synthétique ou en mérinos, peut-être avec une coquille souple par-dessus, en fonction des conditions.

La descente est une autre paire de manches, autant au sens littéraire que figuré. Le fameux -30 °C ne sera qu’encore plus froid lorsque vous dévalerez les pentes entre les arbres. Ce sera au sommet que vous ferez bien de vous garnir de votre manteau de ski isolé ou d’une coquille complémentée d’une couche isolante en duvet par exemple.

Sac à dos The North Face Patrol 
Le sac The North Face Patrol 34 est assez gros pour l’équipement d’une nuit et assez petit pour les aventures d’un jour. Il impressionne en raison de sa durabilité. Vous pouvez aussi y amarrer vos skis ou votre planche.

MSR XGK EX 139.99$
Nous vous présentons le réchaud suprême, le XGK EX par MSR. De l’Aconcagua au K2, vous serez bien servi. Coriace à souhait, il se permet aussi d’être capable d’utiliser la plus grande variété de carburant sur le marché. 

Lampe frontale Petzl Tikka2 Core 81.99$
Elle vous illuminera tout ce dont vous avez besoin. Elle est aussi très impressionnante côté énergie, car ses piles sont rechargeables par une prise au mur ou par USB. Elle est donc parfaite en auto ou avec un panneau solaire d’expédition. Vous pouvez aussi utiliser des piles AAA régulières. Comme si ce n’était pas assez, vous pouvez aussi choisir sa méthode de régulation de la consommation, permettant de maximiser un éclairage constant. 

Arc’teryx Sidewinder SV 649.99$
Le Sidewinder sera plus qu’idéal lors de la phase descente. Étant une coquille en Gore-Tex, elle vous permettra d’optimiser votre multicouche. Elle a été brillamment conçue pour le ski, comme en témoigne ses multiples caractéristiques telles la jupette pare-neige et la glissière qui monte sur le côté du visage, pour n’en nommer que deux.

Patagonia chandail en duvet Hi-Loft
Le duvet est le nec plus ultra des isolants. Sa compression et son rapport isolation/poids n’ont pas d’égal. Avec son gonflant 800 de luxe, le chandail Hi-Loft de Patagonia sera le compagnon idéal de votre système multicouche.

Où aller au Québec pour le ski d’aventure?

Les sélections de Louis, gérant à la Boutique Altitudes-sports.com au 4140 St-Denis.

Monts Valin: Il y a un endroit dans le creux de ce massif qu’on appelle la vallée des fantômes, car les sapins ont l’air de petits fantômes tellement ils sont recouverts de neige. En ce qui a trait au ski, je dirais que c’est d’un niveau de difficulté moyen. La qualité de la neige est somme toute exceptionnelle. De plus, il est possible de faire de longues randonnées avec refuges.

Sentier des Murailles: Le nom est assez évocateur. Le terrain escarpé du Bas-Saguenay offre aux skieurs un terrain de jeux des plus palpitants. Selon moi, c’est de niveau moyen à avancé de ski hors-piste, car les parcours sont très accidentés. Il y a tout de même eu beaucoup d’améliorations faites depuis ma dernière visite, si bien que c’est devenu beaucoup plus accessible au grand public. Il y a maintenant la possibilité de faire des randonnées de plusieurs jours (jusqu’à une semaine) avec tentes prospectrices, des chalets rustiques et même des yourtes. Au niveau de la descente, il faut sortir des sentiers balisés afin de profiter de quelques lignes intéressantes.

Traversée de Charlevoix: Ce tracé existe depuis longtemps, mais il vit encore dans l’ombre des Sépaq de ce monde. Pour ma part, je ne l’ai jamais fait encore, mais c’est une randonnée que j’aimerais bien vivre; une centaine de kilomètres (105 km), possibilité d’avoir une navette qui transporte les bagages (version de luxe) ou simplement un dépôt de nourriture au milieu du parcours si on préfère l’autonomie. Tous les couchers sont en refuge ou en chalet. Je ne crois pas qu’il y ait de la descente toutefois.

Gaspésie : Davantage pour les gens qui veulent faire de la descente plutôt que de la randonnée, les Chic-Chocs s’avèrent une destination de rêve pour le ski de randonnée au Québec. Je n’y suis jamais allé, mais j’en ai beaucoup entendu parler. Vu la quantité de neige et les pentes escarpées, il y a quelques risques d’avalanche. La prudence est donc de mise dans ce coin
de pays.

Monts Groulx: Là où l’asphalte n’est plus, les monts Groulx s’étendent sur plusieurs hectares sous un couvert de neige presque éternelle. Personnellement, mon expérience là-bas fut sans doute ma meilleure expérience à vie en camping d’hiver. Aucun sentier, aucun refuge, à peu près à 300 km de toute source de civilisation. Bref, une expédition pour les vrais mordus. Il y a de la neige en quantité industrielle dès décembre et pour le reste de la saison et plus d’arbres une fois qu’on atteint le plateau. Un décor incroyable! En ce qui concerne la descente, on peut faire plusieurs sommets au cours de la même journée sans problème.

 

 





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Vingt mille passions sour les mers
Course extrême, jouer dans la cour des grands
Commencer la randonnée du bon pied
Bandon Dunes
Choisissez votre aventure




PARTENAIRES