Accueil   Recherche   

english


Sport

Le 10 octobre 2012 - 14:48  | Par: Jean-Yves Pikulik
Outils

Se remettre à la course à pied le printemps venu

Se remettre à la course à pied le printemps venu

Ah le printemps! Le plus beau temps de l’année. Les bourgeons sortent, les oiseaux se mettent à chanter, et bien sûr, la minijupe fait son apparition longuement attendue. Pendant que la nature s’éveille de son sommeil hivernal, nous ressortons, nous aussi, de notre hibernation collective. Voilà des mois que l’on passe nos jours à l’intérieur évitant le froid et la neige. On court de chez soi au métro et du métro au boulot, et on se tient qu’aux activités qui se pratiquent à l’intérieur. Aujourd’hui, alors que la nature enlève son manteau blanc et révèle sa surface ravagée par l’hiver, nous aussi nous nous dévêtons et constatons notre corps bouffi par l’atrophie de l’hiver.

Une légère exagération? Surement, mais il demeure que la grande majorité des gens vivent une baisse significative d’activité physique durant l’hiver. Par conséquent, on est moins en forme à l’accueil du printemps qu’on l’était à la fin de l’été. C’est d’ailleurs ce phénomène qui est derrière les blues de l’hiver. On a tendance à attribuer à la déprime et la paresse que l’on ressent l’hiver au froid, les jours courts et les nuits longues, alors que ce sont plus souvent les résultats de notre baisse d’activité cardiovasculaire. Afin de jouir au maximum du beau temps qui s’en vient, il faut donc penser à se remettre en forme et il n’y a nul moyen plus rapide qu’en faisant du jogging.

Le plus simple des sports au monde, le jogging, a quand même ses défis. Le plus difficile c’est de rester consistant dans l’entrainement. En effet, pour tirer bénéfice du jogging, il faut courir régulièrement pendant au moins quelques semaines. Gardez en tête que ce n’est vraiment pas COMMENT vous courez qui compte, mais plutôt QUE vous courez. C’est donc pourquoi il est si important de se donner des buts réalistes et de fixer ses attentes à un programme qu’on peut réellement suivre.

Pour les bons coureurs comme pour les débutants, il est important de commencer tranquillement. Même quelqu’un qui courait des marathons l’année dernière ne devrait pas commencer avec la même distance d’entrainement qu’en fin d’été dernier. Au début d’un programme d’entrainement, l’enthousiasme est à son maximum, mais il s’érode toujours un peu avec le temps et en commençant trop dur il risque d’être difficile de maintenir le rythme d’entrainement à la longue. Avec l’entrainement, comme avec la carrière, les placements, et toutes autres choses masculines, un progrès constant vaut mieux qu’un pic singulier.

Avant de commencer, il faut se fixer un point de départ et un objectif. Il y a deux manières de progresser: sur une base de distance ou sur une base de temps d’entrainement. Ça revient plus ou moins au même, mais il est plus souvent préféré de compter sa distance, car il est plus motivant de penser que l’on court de plus en plus loin que de plus en plus longtemps. On veut généralement viser une augmentation de sa distance d’entrainement de 10% par semaine. Cela peut sembler bas, mais c’est un bon taux qui est recommandé pour tous les niveaux.

Pour débuter, ceux qui couraient l’été dernier devraient recommencer avec une distance d’environ 75% de leur entrainement d’avant l’hiver. Pour les néophytes, il suffit de choisir une distance modeste qui peut être confortablement courue. Un bon objectif est de courir des 5 km sans arrêt en deux à quatre mois. Ceux qui atteignent cet objectif auront couru environ la longueur d’un marathon et perdu quatre à huit livres juste en courant.

Mais les bénéfices s’accumulent vite. Les coureurs ne perdent pas juste du poids en courant. En se mettant en forme, le métabolisme accélère ce qui augmente les dépenses énergétiques au repos. Autrement dit, le corps stocke moins de gras. Si ensuite on prend un petit déjeuner santé tôt le matin, son métabolisme démarre plus vite, ce qui accélère la perte de poids gras tout en devenant plus alerte arrivé au travail.

Et ça ne s’arrête pas là. Courir trois à quatre fois par semaine rend le corps plus efficace dans toutes ses fonctions. On dort mieux, on est plus concentré au travail, l’appétit baisse. Également, la libido augmente ainsi que l’endurance. Et si cela n’était pas assez (et bien sûr que ce l’est), courir est aussi bon pour le look. Le cardio, surtout combiné avec une bonne (c.-à-d. modeste) diète augmente la régénération cellulaire ce qui retarde le vieillissement de la peau. Oui, courir est l’arme ultime dans l’amélioration de soi.

Dès qu’on commence à courir, le progrès se fait sentir rapidement, particulièrement dans les deux premières semaines. Ensuite, la performance continuera de s’améliorer jusqu’à ce qu’elle devienne constante à environ huit semaines. Il faut courir trois à quatre fois par semaine, augmentant de 10% chaque semaine, jusqu’à ce que son but de distance soit atteint. Ceci fait, on peut continuer d’augmenter la distance, ou plutôt de travailler sur sa vitesse, ce qui évite que l’engagement du jogging ne devienne trop long. Il est normal de commencer avec un pas plutôt confortable; on peut graduellement augmenter sa vitesse jusqu’à ce que l’on coure rapidement l’entrainement au complet. Facteur motivant: se rappeler qu’en apprenant à courir vite, il sera possible d’échapper aux hordes de filles que son physique de coureur rendra dingues!

Pour rester motivé, il faut maintenir l’enthousiasme. Varier son chemin souvent est un excellent moyen d’empêcher la platitude. Choisir de nouveaux parcours souvent, se servant de Google Maps™ pour calculer la distance d’avance, aide à rester intéressé. Pourquoi ne pas courir en nature? Les parcs offrent de beaux chemins pour se défouler. Encore mieux, se récompenser la fin de semaine avec du «trail running». Le trail running est essentiellement du jogging sur des sentiers de nature où l’on ferait normalement de la marche. C’est un endroit beaucoup plus intéressant pour courir où l’air se fait plus pur, et le sol irrégulier entraine les muscles stabilisateurs, ce qui réduit la vulnérabilité aux entorses et autres blessures sportives. La course en sentier est une excellente manière de se donner un objectif hebdomadaire concret à l’entrainement de la semaine.

 

D’autres petits trucs:

➭ Ne pas manger avant de courir, ni même trop boire. Surtout pour ceux qui ont tendance à avoir des crampes.

➭ Pour ceux dont le budget le permet, un moniteur GPS est un excellent outil. Il donne la distance et vitesse instantanée et permet d’enregistrer son progrès. Avoir un nouveau jouet à utiliser est aussi un gros facteur motivateur.

➭ S’acheter du nouveau linge et des souliers de course peut aussi être très motivant.

➭ Quand on manque d’énergie pour courir, un café ou un Redbull™ fait l’affaire. Consommer et attendre 30 minutes… mais ne pas s’écraser devant la télé en attendant, ça tue l’enthousiasme. Essayez plutôt d’écouter de la musique pour vous stimuler. Ça marche.

➭ En courant, si l’ennui vous prend, amusez-vous à sauter par-dessus et grimper les obstacles plutôt que les contourner. Écouter de la musique aide aussi, mais faites attention aux voitures!

Surtout, il ne faut pas se laisser décourager si l’entrainement ne suit pas exactement le plan. C’est bien d’avoir un programme, mais ne pas se laisser abattre si vous manquez un jour, ou si le progrès n’avance pas au rythme voulu. Cela arrive, ce n’est pas grave. Même si une semaine complète est ratée, n’abandonnez pas. Il y aura des jours où le pas sera difficile, où vous serez plus lents, ou encore malades. Persévérez. Rappelez-vous que courir n’importe comment est toujours mieux que de ne pas courir.

Bonne course!

 

 

 

 

Run/Bike (Darn Tough): conçues pour durer, les chaussettes Darn Tough vous procureront un confort inégalé pour vos sorties de course à pied. Avec la garantie à vie Darn Tough (du rarement vu dans le marché des chaussettes), vous pourrez user vos souliers la conscience tranquille. D’autres bons choix : Multisport Cushion Micro (Icebreaker).

 

 

 

Swift Cap (Outdoor Research): ultra légère, ultra ventilée, très durable. Que demander de plus? D’autres bons choix : Sun runner Cap (Outdoor Research), Buff Headwear (Buff).

 

 

 

 

Prolix Pant (The North Face): Pantalon softshell très léger, idéal pour la course extérieure au printemps. Le TNF Apex Aerobic vous protégera contre le vent, tout en ayant un stretch incomparable. D’autres bons choix : GTD running short (The North Face), Prolix Pant (The North Face), Distance Short (Icebreaker).

 

 

 

 

 

 

Sprinter Headlamp (Black Diamond): Avec son intensité de 75 LUMENS et sa batterie rechargeable installée à l’arrière de la tête, la Sprinter offre une visibilité et une stabilité sans pareil. C’est la lampe frontale idéale pour toutes les activités impliquant des mouvements à fort impact. Un autre bon choix : e+lite headlamp 2 led (Petzl). 

 

 

 

 

SS ACE Crew (Icebreaker): Tous les avantages du Merinos réunis au sein d’une coupe plus athlétique et adaptée à la course à pied. Le SS Ace Crewe offre une meilleure ventilation qu’une coupe régulière, une pochette miniature pour la clé de maison et une bande réfléchissante à l’épaule droite pour se faire voir à son meilleur. D’autres bons choix : Better Than Naked Cool S/S (The North Face).

 

 

 

 

Raptor 14 (Osprey): Le NEC + Ultra en matière de sac d’hydratation, le Raptor 14 vous permettra de vous pousser à fond lors de vos sorties en forêt. Avec ses bretelles extensibles et son système breveté Lidlock, vous oublierez les 2 kilos d’eau que vous aurez sur le dos et vous pourrez apprécier les joies de l’hydratation en action. D’autres bons choix : Advanced Skin S-Lab 12 set (Salomon), Skin pro 10+3 (Salomon), Fuel Tool Belt (The North Face).

 

 

 

 

 

M5 (Suunto): Voici votre nouveau partenaire d’entraînement. En effet, la Suunto M5 propose des conseils polyvalents pour de nombreux sports. Définissez vos objectifs et cette dernière vous proposera un programme d’entraînement adapté à vos besoins. 

 

 

 

 

 

 

 

XA pro 3D Ultra 2 (Salomon) : Les trois mots clés pour cette chaussure : stabilité, confort et durabilité. Conçu pour les parcours les plus exigeants, le XA pro 3D ultra 2 est considéré comme un des meilleurs dans la catégorie Trail-running. D’autres bons choix : Single-Track Hayasa (The North Face), X Ultra GTX (Salomon), Trail Glove (Merrell).




Lien(s) pertinent(s)
Boutique Altitude sport


 Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Vingt mille passions sour les mers
Course extrême, jouer dans la cour des grands
Commencer la randonnée du bon pied
Bandon Dunes
Choisissez votre aventure




PARTENAIRES