Accueil   Recherche   

english


Techno

Le 10 octobre 2012 - 13:04  | Par: Alain McKenna
Outils

La fin annoncée des consoles de jeux vidéo

La fin annoncée des consoles de jeux vidéo

Elles étaient jusqu’à tout récemment les ordinateurs personnels les plus puissants qu’on pouvait acheter. Si puissantes que certains pays, frileux face aux nouvelles technologies, en avaient interdit la vente. Pourtant, elles sont aujourd’hui menacées d’une fin abrupte. Pas besoin d’être un scientifique pour voir comment l’internet menace aujourd’hui les consoles de jeu vidéo.

Pas seulement que l’internet, mais aussi les appareils mobiles, téléphones et tablettes, qui s’y connectent pour aller chercher des films, des applications et… des jeux vidéo. Car si l’avenir des consoles est incertain, l’avenir du jeu vidéo, lui, est rayonnant : une croissance annuelle légèrement supérieure à 9 %, au fil des cinq prochaines années. Une croissance de 29 % du côté des applications mobiles.

La transition a d’ailleurs débuté : plusieurs analystes estiment que la PlayStation Vita, une console de poche lancée par Sony au début de l’année, pourrait être la dernière de sa race, Sony (comme le reste de l’industrie d’ailleurs, à l’exception de Nintendo), préférant parier sur le succès de ses téléphones et ses tablettes animées par le logiciel Android, de Google.

Android et son Marketplace, la boutique virtuelle où se procurer jeux et applications pour ces appareils, sont promis à une croissance explosive de 230 % des ventes de jeux vidéo au fil des trois prochaines années. Sony offre ses propres jeux pour Android sous l’égide d’un service appelé PlayStation Suite. 

Bref, pour la console portable, le salut passe par la mobilité. Les analystes s’entendent là-dessus : c’est le meilleur moyen d’offrir un appareil assez puissant pour des jeux de pointe sans qu’il en coûte une petite fortune au joueur.

Un nuage dans votre salon
Du côté des consoles de salon, depuis une dizaine d’années, ça se passe entre trois principaux joueurs : Microsoft, Nintendo et Sony. Des trois, seul Nintendo semble convaincu que la formule des consoles actuelles, ne faisant guère plus que donner vie à des jeux vidéo, tiendra la route au-delà de la prochaine année.

Le modèle classique, selon lequel les nouvelles consoles doivent toujours être plus puissantes que leurs prédécesseures, est attaqué par des services de jeux en téléchargement qui promettent bientôt d’effectuer la plus importante part du traitement des données sur des serveurs  distants.

Il y a deux ans, un développeur américain appelé Steven Perlman a présenté à de nombreux représentants de l’industrie du jeu vidéo son service de jeu vidéo en nuage, appelé OnLive. La prémisse est simple : fournir aux joueurs partout sur la planète des jeux de pointe, à partir de consoles légères et très abordables.

OnLive croit que la tendance du téléchargement de jeux à moindre coût, qui double presque tous les ans depuis cinq ans, combinée à l’émergence de l’informatique en nuage, permettra bientôt à sa technologie de dominer le marché. La musique, la télé, le cinéma et les logiciels ont déjà subi cette transformation. Ne reste plus que le jeu  vidéo.

Naturellement, les critiques sont nombreuses. Mais comme il le dit lui-même : « Je suis un inventeur, et la plupart du temps, personne ne croit possible ce que les inventeurs perçoivent comme étant réalisable. On verra. »





 Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

Quand la maison connectée s'organise…
Des écouteurs sans fil, et sans fil
Comment faire tenir un PC sur une tablette?
Ces applications pourraient faire de vous un millionnaire*
Écouteurs Bluetooth Smart : il y a sans fil, et puis il y a… sans fil




PARTENAIRES